Avertir le modérateur

08/10/2008

Le jeu en mode fashion

Comme les consoles portables, le joueur devient «fashion victim». DS et PSP se maquillent avec des stickers et enfilent des étuis design, les jeux vidéo, eux, impriment leur univers à la mode. En commençant par la fringue qui colle à la peau: le tee-shirt. Prenons le cas de Nekowear, société créée il y a six ans. Au départ, une association de dessinateurs. Leur emblème, c'est le Neko, le «chat» en japonais, un animal nourri à la culture urbaine. Aujourd'hui, Nekowear se veut «la première marque issue de la culture manga», elle posséde la licence officielle de Naruto. Mais le chat pastiche aussi les jeux vidéo: ici, le «Neko Man», un Pacman miauleur, et là, un « Neko Bros », félin à casquette rouge surgi d'un tuyau. Des empreintes de Neko ont été relevées dans les temples du street wear, comme le Lafayette VO parisien, sur le Web et sur un stand du Salon du jeu vidéo. Plus étonnant aussi, au Salon du livre. Un carton : «On est arrivés en touriste, on est repartis avec les cintres», raconte Thierry Hemeidan, 40 ans, le patron de la boîte.

1010-MAG-jxvid1.JPGDu côté de chez «Otaku» (la version nippone-hardcore du geek), on se la joue «communautaire à mort». Les créateurs en sont déjà à leur deuxième collection, avec une trentaine de tee-shirts. Une troisième devrait sortir en février prochain. «Il n'y a pas si longtemps, le joueur, c'était le cliché du nerd boutonneux avec sa chemise à carreaux. Aujourd'hui, jouer, c'est devenu cool. On pensait que les gamers avaient besoin d'être fiers d'eux-mêmes», explique Julien Sillas, 32 ans, cofondateur d'Otaku.

1010-MAG-jxvid2.JPGGamer, fais-donc ton coming-out. «Mais les joueurs ne veulent pas de tee-shirts de licence pure et dure. Il faut qu'il y ait un message, que ça soit artistique. On préfère rappeler l'imaginaire des jeux vidéo.» Au côté des motifs rétro-gaming, l'amateur éclairé reconnaîtra le Master Chief de «Halo» ou des Petites Soeurs échappées de Rapture, la cité maudite de «Bioshock». «On est dans les magasins branchés. Les boutiques de jeux, ça ne nous intéresse pas pour tout de suite, poursuit Julien Sillas. On ne veut pas être considéré comme un accessoire du jeu vidéo, mais comme une vraie marque de vêtements». D'où des projets de déclinaison: sweat-shirts, casquette...«Et comment vous viennent toutes vos idées? - En jouant». Ah ouais...

Joël Métreau


Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu