Avertir le modérateur

23/10/2008

Festival Airwaves 08: un courant d'air frais dans la musique

Il est 5 heures du mat’, vous avez squatté cinq super clubs, vu dix bons groupes, rencontré quinze nouveaux potos et êtes tombés amoureux vingt fois? Bienvenue au Iceland Airwaves Music Festival ! Depuis 10 ans, ce rassemblement de kids ultra-branchés est devenu la tête chercheuse des « next big thing » de la musique indépendante. Bloc Party, TV On The Radio, Hot Chip, Kaiser Chiefs ou encore les Klaxons y ont fait leurs classes avant d’exploser sur la scène internationale. Malgré une crise économique qui daube encore plus le souffre que les volcans islandais, le festival a tenu toute ses promesses le week-end dernier.

2410-MAG-RAMR.jpg

Si les mauvaises langues parlaient de déprogrammation de combos flippant d’être payés en couronnes, il n’en fut rien, bien au contraire. Première info indispensable, ce festival se tient la nuit. Les couche-tôt peuvent donc aller se rhabiller… Pendant quatre jours, le Reykjavik Art Museum s’est transformé en salle de concerts pour accueillir une plâtrée de têtes d’affiches : CSS et Vampire Weekend ont fait pogotter jusqu’à minuit les 8.000 festivaliers. Mais l’intérêt du Airwaves Festival est ailleurs. Profitant de la promiscuité de tous les hot-spots de la ville, (ou plutôt de la rue) il suffisait de filer sur le trottoir d’en face pour atterrir au Tunglid, le club hype du moment. Simian Disco Mobile, Crystal Castles ou encore la française Yelle ont fait cramer le dance-floor dans une ambiance éthylique proche du « binge drinking ».

 

À quelques encablures de là, le Vegamot offre en marge du festival distille la crème du son hip-hop. Étrangement, le rap américain fait davantage bouger le popotin des modasses locales que le rock alternatif estampillé fashion… Un paradoxe de plus au pays des elfes. Le « off » du festival est également immanquable. Dès 19 heures, toutes les boutiques arty de la rue se transforment en warm-up funky. Une horde de Dj’s islandais font jerker les premiers fêtards entre deux portants de fringues. En before ou en after, Reykjavik n’est pas prête d’aller se pieuter.

Cédric Couvez

>>> Votez pour votre groupe islandais préféré et découvrez les notres ici.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu