Avertir le modérateur

11/12/2008

Vous n'êtes qu’un minitelnaute

L’internet n’existe pas. Où plutôt l’idée que l’on s’en fait. Tous les jours nous ne faisons qu’utiliser un minitel amélioré. C’est le concept de «Minitel 2.0». La thèse est défendue avec sérieux par Benjamin Bayart, président de French Data Network, un fournisseur d’accès internet indépendant. Selon lui, derrière nos écrans plats rutilants se joue de nous «un minitel avec de la couleur et des publicités dynamiques.» Pire: un outil au service des puissants. Le spécialiste des réseaux nous éclaire.

 

 

En 2008, comparer Internet à un minitel c’est pas un peu exagéré ?

Benjamin Bayart : Il n’y a pas de différence entre une requête via un 3615 sur de gros ordinateurs basés à Paris et une recherche sur un moteur de recherche structuré autour de milliers d’ordinateurs. Google, 3615, même combat. Mais l’internet, ce n'est pas les 8000 machines de Google qui détiennent le savoir de l'humanité, c'est le contraire.

Qui est responsable de cette « dérive » ?

B.B : Les maisons de disques, les maisons de production et les politiques. Les premiers veulent maîtriser leur gagne pain: la production et la diffusion des contenus. Ils n’ont pas intérêt à laisser les gens à produire et diffuser eux-mêmes. Avec un vrai internet, ce serait la mort des vendeurs d’arts par celle des artistes. Et les politiques, que ce soit lors de l’essor de l’imprimerie ou avec le web, ont toujours voulu restreindre les libertés.

1212-MAG-INTERNET.jpg

Internet aux mains d’un petit groupe exclusif, ça ne sent pas un peu la thèse du complot ?

B.B : Je ne parle pas de chambres secrètes, de robes noires et d’hommes en cagoule. C’est plus subtil. Il y a eu une convergence d’intérêts qui a aboutit à cette situation de monopole. Regardez les fournisseurs d’accès à internet (FAI) : ils ont tué toute concurrence et se partagent le marché à 4.

Un internet version minitel, facilite selon vous la répression des libertés. Comment ?

B. B : Les FAI (Fournisseurs d'Accés à Internet) tombent sous le coup de la loi et collaborent avec les autorités du pays. En Chine, Yahoo ou Google aident Pékin à traquer les dissidents. Si, comme avec le minitel, les mails n’étaient pas aussi centralisé, la chasse aux dissidents ne serait pas aussi facile pour le régime chinois.

Propos recueillis par Mohamed Najmi

Commentaires

Afin d'éviter de tomber dans le minitel 2.0 dont youtube et dailymotion sont les fers de lance je vous propose de télécharger directement la vidéo depuis l'hébergement en périphérie du réseau chez fdn :
http://www.fdn.org/minitel.avi

Écrit par : Raphaël Gertz | 12/12/2008

Dommage d'avoir incrusté une video sur l'article qui :
- est adapté à un public d'informaticiens (film lors d'une conférence aux frnog)
- est hebergée par dailymotion, un des pire acteur de centralisation du contenu francophone.

Écrit par : Arthur Fernandez | 12/12/2008

Merci Benjamin.

Cette lutte est vraiment importante pour notre liberté d'expression.
Les Français ne se rendent pas du tout compte de ce qu'est devenu internet aujourd'hui, et ne comprennent pas nos propos.
L'état Français, souhaite relancer l'économie, et celà passe par tuer les choses gratuites.
Parceque selon notre chef d'état, le gratuit tue la culture !
La culture c'est vous, et vous pouvez vous exprimer librement via internet, si l'état bride internet c'est beaucoup plus simple si tout l'intelligence est centralisé en coeur de reseau.
Réfléchissez bien à celà, via le Minitel-2.0 vous vous auto-bridez dans un modèle économique foireux qui bridera tôt ou tard votre liberté d'expression.

Écrit par : Alexandre Legrix | 12/12/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu