Avertir le modérateur

18/12/2008

Un petit tour hippie s’en va

On disait le commerce de hash à l’air libre définitivement rayé du quartier mais la première image que l’on a de Christiania en ce dimanche de décembre est celle d’une table couverte d’échantillons de beuh. Dans la rue centrale de la communauté libre fondée en plein coeur de Copenhague il y a 37 ans, les familles jettent un oeil amusé au vendeur. Ici, la norme, c’est l’étrange. Pour quelque temps encore, du moins. En février, les tribunaux se pencheront sur un recours des Christianites. Les habitants du quartier reprochent à l’Etat danois de les chasser peu à peu de leurs 32 hectares de terres, occupés sans droit de propriété depuis 1971. Ce n’est pas le premier combat mené par la communauté de hippies et nombreux sont les habitants qui veulent croire que la justice, cette fois encore, leur donnera raison. Mais l’ancienne base militaire, qu’on quitte en passant sous un panneau « Bienvenue en UE », a déjà perdu bien plus.

1912-MAG-UNE-vignette2.jpg

Un quartier policé

«Le vieux Christiania est mort. Aujourd’hui, ce n’est plus qu’un zoo, où les familles viennent voir des babs en liberté», analyse Jon, un quinqua barbu qui fume son joint au bord de l’eau. D’apparence, rien n’a changé dans cet amas de ferrailles taguées et de déchets recyclés. Mais en pénétrant dans la halle couverte où se tient le marché de Noël, on comprend que l’esprit libertaire des débuts est déjà loin. «C’est un chouette coin pour ramener des petits cadeaux de Noël, assure Julia sans lâcher du regard sa petite fille. On trouve pas mal de petits bijoux ou de sapes marrantes.» Des poupées russes Ben Laden pour l’anti-conformisme, quelques bangs pour le folklore et pas mal de bibelots sans originalité pour remplir les caisses.

1912-MAG-UNE-Culture2.jpg

Sur les mille habitants que compte officiellement la ville, on trouve beaucoup d’artistes. Quelques galeries ont fleuri dans les entrepôts délabrés. Mais le vrai foisonnement artistique de la ville n’est plus là. «Les fous aussi vieillissent, commente Jon. Certains s’embourgeoisent, d’autres ne supportent pas de voir leurs anciens copains de galère renier leurs idéaux. Il reste de belles choses ici, mais ce n’est plus la cité exemplaire des débuts.»

Cette année encore, un million de touristes auront déambulé entre les panneaux «interdit de photographier» du quartier. Chaque jour, à 15 h, une visite guidée de Christiania est organisée à leur intention. Ils ne sont pas les seuls à venir faire un petit tour chez les hippies. Le Manefiskeren, l’un des gros bars du quartier, annonce fièrement sur un panneau qu’il est le café le plus sûr du monde: il aurait subi plus de 6 000 inspections de policiers armés en quatre ans. Christiania ne fait peut-être plus rêver les babas, mais il fait encore fantasmer les forces de l’ordre.

Laurent Bainier

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu