Avertir le modérateur

12/02/2009

Encore au stade des préliminaires

1302-MAG-XMAN.jpgC’est pas faute d’avoir inventé le fameux bâton-de-joie, le joystick. C’est pas faute d’avoir inventé le pixel porno, au début des années 1980, sur Atari 2600 : « Custer’s Revenge» avec un général qui tire ce qui bouge - une Indienne en l’occurence – ou « X-Man » – rien à voir avec Wolverine –, dont le scoring se mesure à l’orgasme. Mais question cul, le jeu vidéo reste encore frileux.

Aujourd’hui, hormis les eroges, ces jeux nippons hyper polissons, l’industrie du jeu vidéo continue de se toucher, alors que le cinéma a trouvé son point G. Serait-ce le syndrome « Hot Coffee Mode » de « GTA San Andreas » (Un mini-jeu où le joueur aide le héros à satisfaire un besoin pressant avec sa copine) , qui continue de peser ? L’histoire avait suscité la colère des associations familiales et de Hillary Clinton, alors sénatrice.

Même le plus récent RPG de science-fiction « Mass Effect» avait créé la polémique à sa sortie aux Etats-Unis. Pourquoi ? Une scène de sexe. Entre une asari et un humain, entre Liara T’Soni et John Shepard. L’objet du délit ? A peine digne des érotiques de NT1 : notes de piano, fondus au noir, corps qui se frôlent. Dialogue final : « Par la déesse, c’était incroyable Shepard ! – C’est le moins qu’on puisse dire... » On est contents pour eux.

Brenda Braitwaithe, game designeuse américaine, et auteur d’un Sex in Video Games, explique : « Aux Etats-unis, les jeux vidéo mainstream sont vendus dans les grandes chaînes et doivent donc être classifiés. Des jeux classés «Adult’s Only» ne peuvent être vendus dans ces magasins. Donc, pour ne pas courir de risques, les développeurs décident de couper les scènes.» Ils ont donc tendance à confondre la pratique de l’ellipse avec une figure de kama-sutra. Dans « God of War I », Kratos avec deux nanas, dans un lit XXL : plan sur un vase secoué dans tous les sens. Dans « God of War I», Kratos avec deux nanas, dans un jacuzzi : plan sur un chérubin-Manneken Pis, dont le jet varie frénétiquement. Très frais. Dans «Fable II», on fait toujours l’amour dans le noir. Tant mieux, il y en a qui préfère. Mais rien ne sert de cacher le sexe, il revient par la petite porte. Avec l’atelier de «Spore», des joueurs ont fabriqué des créatures qui font la bête à deux dos. Et sur «WoW», une guilde s’était amusée au jeu de rôle sexuel, avant d’être dissoute. Censure ? En attendant, à défaut d’échange câlin de fluides, on peut toujours s’envoyer des gerbes de gore.

Joël Métreau

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu