Avertir le modérateur

19/02/2009

La crème des deutsch marques


Envie d’une virée shopping entre deux afters ?
Pour vous aiguiller dans les entrailles tentaculaires de la ville, on est parti à la recherche du must de l’artisanat 100 % berlinois. Top 3 des échoppes les plus surprenantes de Berlin .2002-MAG-P15-shopping-mykita.jpg

Mykita Ouvrez l’œil et le bon, vous êtes chez le meilleur opticien du monde ! La marque locale Mykita a un store qui lui ressemble : ultrachic. Confectionnés à la main dans une usine à deux pas, près de six cents modèles de lunettes (solaires ou correctives) sont disponibles dans cette boutique au design plus qu’épuré. Utilisant des techniques de pointe, les paires Mykita sont aussi légères que stylées. Solides comme un roc, les montures sont fabriquées sans aucune visse. Brad Pitt, Tom Cruise ou encore Bruce Willis sont des clients réguliers. Compter entre 200 et 400 € pour vous mettre ces binocles sur le nez.
Redspective Vingt ans après sa chute, le mur est encore dans toutes têtes et même dans certaines boutiques. Les nostalgiques de l’époque soviétique trouveront leur paradis chez Redspective, le concept-store le plus gaucho de Berlin. Prêt-à-porter équitable, accessoires vintage de l’époque rouge et œuvres d’art alternatives en provenance directe des pays d’Europe de l’Est abondent dans ce bel espace aux allures de loft, à quelques encablures seulement d’Alexanderplatz. Pour ne rien gâcher, une trentaine d’artistes de rue collaborent régulièrement aux collections propres de Redspective.
Haus Schwarzenberg Plus qu’un magasin, c’est un véritable complexe dédié à la contre-culture qui se cache dans cet immeuble aux allures de squat. Au troisième étage, vous êtes chez Stokx, un workshop très drôle de prêt-à-porter fait main. Au second, bienvenue dans la librairie alternative de Berlin. Et pour finir son shopping par un cocktail dans un décor baroque, rien ne vaut le bar qui se niche au rez-de-chaussée. Ambiance space garantie.

Zéro euro
Si la capitale allemande recèle des marques innovantes et des concept stores funky, l’ambiance économique n’est pas au beau fixe sur les bords de la Spree : « Ici, c’est facile de lancer son affaire car les loyers ne sont pas chers du tout. Le seul problème, c’est que les clients n’ont pas d’argent pour acheter », lance Melinda Stokx, de l’atelier Haus Schwarzenberg, un poil désabusée. Une équation que le maire de Berlin semble avoir l’habitude de résumer : « Ma ville est pauvre… mais sexy ! »

Cédric Couvez

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu