Avertir le modérateur

02/04/2009

Les jeux vidéo peuvent-ils être vraiment drôles?

« Chuck Norris donne fréquemment du sang à la Croix-Rouge. Mais jamais le sien. » Heureusement qu’il reste des bonnes vieilles blagues de geek, parce que dans le jeu vidéo, il n’y à, a priori, pas de quoi se marrer tous les jours : casser des briques, flinguer des zombies, marquer des points, gérer tes Sims comme ton couple, gagner de l’XP... On devrait limite être payés pour ça.

Répliques qui tuent

Il existe quand même des jeux qui pratiquent la réplique qui tue. Dans «Battlefield Bad Company», FPS guerrier et décalé dont le deuxième opus est dans les tuyaux, on y incarnait un jeune bleu. « Hé !, le nouveau, t’as pas cent balles à me prêter ? – Lui donne pas ! Il passe son temps à racketter les petits nouveaux. – Faut dire aussi qu’ils clamsent tellement vite que t’as pas besoin de les rembourser. »
Les RPG, aux dialogues plus étoffés, arrivent à se distinguer. Par exemple, « Fallout 3 ». Dans une quête qui met en scène une femme et son protecteur, on peut lire un truc du genre (le héros, à la fille) : « Euh, je crois qu’il veut plutôt un plan cul... » – Un plan de mes fesses ? Mais pourquoi faire ? C’est pas compliqué à dessiner, pourtant ! » Dans le même jeu, on saisit aussi au passage la réflexion d’une goule qui vient de roter : « Ça avait meilleur goût dans l’autre sens. » Délicat, non ?
Tout aussi subtil, «House of the Dead : Overkill», parodie de séries Z, comportait son lot de sévères punchlines. Car le pastiche est l’un des ressorts de l’humour parfois exploité. «The Simpson : le jeu » s’y était frotté avec réussite, et « Les lapins crétins », dont un ultime épisode serait actuellement en projet, sont ainsi devenus des champions de la déconnade. Dans le registre du jeu vidéo qui se moque de lui-même, dommage que «Eat Lead», qui vient de sortir, ne tienne pas ses promesses. Car ce «retour de Matt Hazard», héros fictif de jeux vidéo des années 1980, annoncé comme « désopilant », tombe assez à plat...

Du côté des gamers

Le jeu émeut, fait réfléchir, flipper... mais rire ? Pour les créateurs, il faut le reconnaître, ça doit être dur de trouver des vannes pour les boss. Parce qu’à force de s’y prendre cinquante fois pour les tomber, le comique perd de son effet. En fait, c’est plutôt les gamers qui ont fait de l’humour leur arme principale. Au pays des geeks, c’est le grand détournement permanent, comme la jaquette de « Gears of War » devenant une guerre des grenouilles (« Aware Frogs »). Ou comme ce classique, qui consiste à jouer des scènes dans la vraie vie (Rémi Gaillard dans « Mario Kart », par exemple). Certains trouveront cet humour particulièrement grinçant, comme celui du blog BadStrip.

 

Joël Métreau

Commentaires

merci

Écrit par : xxl video | 27/04/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu