Avertir le modérateur

23/04/2009

Un coup d'oeil sur le paysage audiovisuel suédois

Que serait l’Eurovision sans les Suédois ? On ne parle pas seulement des combinaisons à franges d’Abba, ou de la manière unique qu’avait Carola Häggkvist (millésime 1991) de « trémoler » Fångad av en stormvind (« Jag är fångad av en stormvind », allez, tous en chœur !) en dédiant sa victoire à son pasteur de mari. Mais surtout du soutien incontestable du pays à ce concours de talents qui relance chaque année l’industrie du Lycra satiné. En 2008, le « Melodifestivalen », la sélection nationale de l’Eurovision, sur SVT1, a raflé une part d’audience de 81,4 %, ce qui correspond à 46 % de la population hypnotisée par les chansons de la jeune Amy Diamond ou des quatre filles du groupe pop Face 84. « Le succès de l’Eurovision est une constante que l’on observe dans les trois pays scandinaves, mais c’est particulièrement vrai en Suède, d’année en année », note Amandine Cassi, directrice des études Eurodata TV Worldwide chez Médiamétrie. Les sélections nationales s’étalent d’ailleurs sur plusieurs mois. Pour la finale, la part d’audience en 2008 a atteint 75,3 %, soit 31,9 % de la population.

 

 

 


Si les Suédois regardent beaucoup moins la télévision que les Français (2 h 40, contre 3 h 24 par jour), « les émissions de talents, les formats qui font appel à la danse ou à la musique sont très prisés, souligne Amandine Cassi. Cette saison, on comptait presque une quinzaine de programmes avec des éléments musicaux. » En dehors de « The Singing Bee » sur la chaîne TV3 et autres lieder télévisuels, « la Suède est aussi un pays très pointu en matière de téléréalité, y compris sur le service public, souligne Bertrand Villegas, de l’agence de veille audiovisuelle The Wit. Elle a lancé avant tout le monde son “Survivor” avec “Expedition Robinson” en 1997, sur la chaîne publique SVT1. Il y a eu aussi “Le royaume”, “La ferme”... Cela tient notamment à la présence d’une société de production locale, Strix, pionnière de la téléréalité. »
Strix produit ainsi « The Farm », « The Bar » (téléréalité bistrotière) « Operation Seduction »…

 

 

Bref, si le PAS (paysage audiovisuel suédois) est souvent sérieux, avec du documentaire en prime time, les fjords de délire sont assez nombreux, comme le duo d’animateurs Filip et Fredrik ou « Det sociala spelet » (« Le jeu social »), sur TV4, où des people doivent répondre à des questions d’ordre métaphysique sur la vie en société du style : « Peut-on dire à un collègue qu’il a de la morve sous le nez ? » Oui, peut-on ?

Anne Kerloc’h

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu