Avertir le modérateur

06/05/2009

Bullez un peu dans les Comic Streets de Bruxelles

Alerte aux phylactères, les bulles ont envahi Bruxelles. Impossible d’envisager un week-end là-bas sans qu’un tour operator ne mette la BD au programme. Vous nourrissiez d’autres desseins pour votre voyage. Oubliez tout. La BD reste le meilleur moyen de découvrir la capitale belge.

0705-MAG-UNE-POLA2.jpg

Suivez la ligne claire

A l’arrivée du Thalys, c’est Tintin qui se tape l’affiche sur l’un des murs de la gare du Midi. A partir du 2 juin, il aura droit à son musée perso à Louvain-la-Neuve, dans la banlieue de Bruxelles. Mais pour l’instant, il doit partager la vedette avec d’autres héros des planches, plus ou moins connus. Une trentaine de fresques sont venues orner progressivement, depuis 1993, des façades à l’abandon. « La priorité, c’est la cohérence du parcours. Ça permet d’attirer les touristes dans des quartiers moins visités de la ville », explique David Vandegeerde, l’un des créateurs de l’association Art mural, qui peint les fresques géantes. Suivons-les donc. Boulevard Michel-Vaillant, rue Wayne-Shelton… Vegas a son « Strip », Bruxelles ses comic streets.

En cette année 2009, consacrée « année de la bande-dessinée » dans la capitale européenne, les inaugurations de nouveaux murs se succèdent, mais les plus atypiques restent ceux qui ont fleuri dans les Marolles. Près de la place du Jeu-de-balle, où Tintin trouva en son temps la maquette de la Licorne et où les fans chanceux découvrent encore quelques exemplaires rares vendus à même le pavé, se dresse le mur Jijé. Jijé, père spirituel de l’école de Marcinelle, pilier du Journal de Spirou, aussi connu ici que son rival Hergé. « La culture BD est très forte en Belgique. Elle fait partie de notre patrimoine culturel, assure Farid, un habitant de ce quartier en voie de boboïsation. Mais nous imaginer avec un album sous le bras en permanence est aussi stupide que penser que les Français se promènent avec une baguette sous le bras 24 heures sur 24. »

 

0705-MAG-UNE-POLA3.jpg
0705-MAG-UNE-POLA1.jpg

Succès de façade

Un album, peut-être pas. Mais statistiquement, on a plus de chance de croiser à Bruxelles un homme ou une femme avec un carton à dessin sous le coude que dans n’importe quelle autre ville du monde. La capitale compterait un dessinateur pro pour 30 000 habitants. Les bédéistes s’incrustent jusque dans les plus prestigieux établissements de la capitale, comme les musées royaux des Beaux-arts, qui proposent une expo sur l’histoire du genre. Mais le vrai temple du 9e art, c’est le Centre belge de la bande dessinée. Outre ses salles thématiques, il offre aux visiteurs une banque de 70 000 titres en quinze langues, sans doute la plus grande collection de planches (hors magasins de bricolage). Quatre mille d’entre elles sont en accès direct et, pour 50 centimes, vous pourrez vous y plonger toute la journée.

 

 

Avant de partir, jetez un œil au bâtiment. Paumé au fond d’une rue taguée, il est l’un des plus beaux témoignages de l’art de Victor Horta, le Gaudi local. Ce chef-d’œuvre Art nouveau, qui accueillit longtemps un grossiste en textile, a été sauvé in extremis de la destruction. Un classique à Bruxelles, où le saccage des richesses architecturales a longtemps été un sport national. A tel point qu’aujourd’hui, pour évoquer l’urbanisme anarchique, les spécialistes parlent de bruxellisation. « On ne place pas nos fresques BD sur des murs constructibles, ajoute David Vandegeerde. Nous ne voudrions pas que des points noirs architecturaux soient conservés parce que nous avons peint une œuvre sur un des murs. »

Mais les peintures ne sont pas cantonnées aux quartiers déshérités de la ville. En plein centre, à quelques mètres du Manneken Pis, Tintin s’échappe d’un bel immeuble par un escalier de service en trompe-l’œil. S’il fend la foule, il arrivera sans doute sur la Grand Place. Construite sur les cendres du bombardement français de 1695, elle fut élue « plus belle place du monde » par Hugo et « plus riche théâtre » de la planète par Cocteau. Ce week-end, elle deviendra « la plus grande planche de l’univers ». Cinq cents mètres carrés de dessins y seront réalisés, sur un thème encore tenu secret. La foule devrait s’y presser. Finalement, le 9e art, c’est peut-être celui d’attirer les touristes.

0705-MAG-UNE-DETOUR.jpg
Manneken Pis / Cedric Couvez / 20Minutes

Par Laurent Bainier

Commentaires

This things are decorate the city. It's makes unusual to its view.

Écrit par : essay writing service | 10/05/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu