Avertir le modérateur

11/06/2009

Pedro Costa, la liberté sur pellicule

Qu’importe le succès : les festivals se l’arrachent. Pedro Costa, 50 ans, est la tête de file d’une génération de cinéastes lisboètes qui préfèrent prendre le temps de filmer en toute liberté plutôt que de courir après le box office. Ces quinze dernières années, il a pris l’habitude de filmer le quotidien d’immigrés cap-verdiens des quartiers populaires de Lisbonne, « des gens très en marge, perdus, misérables et invisibles », dont il n’a de cesse de souligner « la force un peu désespérée ». Il vient de faire une infidélité à cette « communauté de gens qui sont devenus des amis » en tournant Ne Change rien, avec Jeanne Balibar, un film qu’ils présentaient au dernier festival de Cannes. Le réalisateur semble, comme à son habitude, avoir dilaté le temps : le tournage s’est déroulé sur plusieurs mois, tout semble avoir été filmé au cours d’une même journée. Elle ne «savait pas que Pedro Costa avait postulé pour venir à Cannes». Il n’était même pas prévu que ce superbe documentaire en noir et blanc consacré a son «second métier» de chanteuse «devienne un film». Mais une complicité est née au fil des répétitions et des concerts. Jeanne Balibar qui «admire le travail» du réalisateur portugais est maintenant «fière de faire partie de ses actrice ». Elle avait dit de même après avoir tourné avec Rivette.

 

 

Par Stéphane Leblanc

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu