Avertir le modérateur

17/09/2009

Un festival pour un secteur plutôt à la fête

Ce secteur est loin de connaître un game over. Si l’industrie du jeu vidéo traverse une petite zone de turbulences, la 4e édition du Festival du jeu vidéo qui s’ouvre aujourd’hui à Paris, devrait en tout cas témoigner de l’intérêt des Français pour ce divertissement. « L’année s’annonce comme la meilleure pour l’industrie du jeu après 2009, selon Tristan Bruchet, de l’institut GfK, même si les tendances dans le secteur sont mauvaises depuis janvier. » Sans négliger l’effet crise économique et le cycle de vie des consoles, les acteurs du secteur assènent que les sorties du premier semestre 2008 (« Wii Fit », « GTA IV », « Mario Kart Wii »), avaient été exceptionnelles.

Le plus gros événement en France

Mais « les gros mois arrivent. Au dernier trimestre de l’année, se réalise la moitié des ventes », insiste Jean-Claude Larue, délégué général du Syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs (Sell), partenaire de cette édition du festival. Ces éditeurs se félicitent d’ailleurs des baisses récentes de prix des consoles de Microsoft et Sony et guettent les rumeurs affirmant que Nintendo réagirait bientôt avec la Wii. Pour les festivaliers, ces trois jours offrent donc l’occasion de découvrir le catalogue de nouveautés. Jonathan Dumont, président de l’événement, se veut d’ailleurs confiant. « Si l’on écarte l’E3 aux Etats-Unis, notre Festival du jeu vidéo va se situer troisième en terme de fréquentation derrière le Tokyo Game Show (Japon) et la GamesCom (Allemage). » Ce sont en effet près de 70 000 visiteurs que l’organisateur espère voir parcourir les allées du festival. Parmi eux, on compte déjà Frédéric Mitterrand, le ministre de la Culture, venu rendre une visite hier à la Porte de Versailles, lors de la journée réservée aux pros. « Le jeu vidéo, c’est une industrie mais aussi un art », a-t-il lancé avant de jouer à la guitare Hero.

En chiffres

- 11,8 %
La baisse des ventes de jeux en volume en janvier-août en France, par rapport à la même période en 2008, selon l’institut GfK. Ce chiffre est de - 22 % pour le marché des consoles.

245 000 visiteurs pour le plus grand festival de jeu vidéo en Europe. Il s’agit de la GamesCom, qui s’est déroulée à Cologne (Allemagne), du 19 au 23 août dernier.

160 exposants et environ 400 titres sont présents cette année au Festival du jeu vidéo à Paris.

30 millions d’euros. C’est le budget, marketing compris, d’un blockbuster comme « Assassin’s Creed 2 », édité par Ubisoft.

 

20:28 Publié dans Jeux | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : jeux vidéo; métreau

Commentaires

Y'a pas grand chose qui vaut le coup je trouve. Et ces temps-ci sont aux dépoussiérage d'anciens titre. LucasArt l'a bien compris et en profite, mais ce ne sont pas les seuls.

Maintenant, le budget marketing des gros blockbuster c'est du foutage de gueule, ça ne sert à rien, à part à dégouter le joueur une fois qu'il voit finalement le jeu en action, puisqu'il y a eu tellement de bruit, on s'attend à un bon jeu qui finalement n'a que le marketing de "bien". Sans compter les nombreux magazines qui note toujours positivement ces blockbusters, l'objectivité n'étant pas leur fort (Canard PC for the win!)...

Le jeu vidéo sur PC est aussi depuis massacré par tout les portage et exclusivité console, on se retrouve avec du gameplay adapté pour handicapé (désolé, mais un pad, c'est pas fait pour jouer en FPS, STR, ou autre), même si Capcom a plutôt tendance à faire l'inverse ces temps-ci (SF IV par exemple).

Ensuite vient l'arrivé des DLC, encore une fois grace aux consoles, on se retrouve à payer du contenu qui aurait du se trouver dans le jeux original, mais qui n'a pas été introduit pour plusieurs raisons (manque de temps, rentabiliser plus vite le jeu, faire croire à du travail supplémentaire, profiter des vaches à lait, etc...) Le cas de SF4 est par exemple inadmissible, heureusement sur ordinateur il y a possibilité de déblocage puisque les costumes sont déjà intégrés au jeu, mais pas activé. C'est inadmissible...

Enfin les cartes/maps supplémentaires à payer à l'unité voir par pack de 3, des achats presque obligatoire sachants que du coup le jeu original se voit amputer d'un nombre significatifs de contenu.
Sur ordinateur la communauté faisaient vivre le jeu

Bref, il doit en effet être difficile de faire un bon jeu, le soucis vient aussi du fait que maintenant les jeux ne sont plus vraiment ciblés, ils sont destinés aux plus grand nombre de joueurs possible (la logique financière est compréhensible, car si pas de vente, alors le studios risque de se casser la gueule) mais les jeux se retrouvent du coup moins prennant, moins travaillé, trop facile.

Il me manque le temps des point & click des années 90 à la LucasFilm ;)

Écrit par : Impega | 18/09/2009

Bonjour à tous,

@Impega:
Super commentaire, constructif et c'est rare dans ce bas monde numérique. Surtout le "avec du gameplay adapté pour handicapé"..

C'est désolant la production du jeu vidéo actuellement comparé à la capacité possible des moteurs 3D actuelles.
Manque de créativité, toujours les mêmes sujets bref, une non prise de risque financière et une optimisation des profits..
Merci à toi Impega.

Écrit par : Mammouth | 18/09/2009

Le problème des moteurs 3D c'est qu'ils aveuglent tout le monde : les joueurs qui ne jurent que par ces innombrables trucsmaps (bump, normal, displacing....) et le nombre de polygones. Un bon jeu pour une majorité (pas tout le monde fort heureusement) étant un jeu beau et voilà. Et du côté constructeur on alimente ce fait, du coup "regarde ma 3D! regarde mon nombre de polygone! eh tu as vu le nombre de map que j'utilise pour tout ça ?!"... brillant, ainsi la profondeur de jeu devient inexistante, ça se boucle en pas longtemps, des trucs comme call of deviennent plus des outils de propagande qu'autre chose (mais comme tout le monde s'en réjouit...).

Le coup des dlc, c'est du n'importe quoi, ça part d'un bon sentiment, mais l'utilisation est exécrable. Prince of persia sur pc m'a laissé un double arrière goût, tout d'abord je le trouve d'un ennui monstrueux (artistique ok mais chiant malgré tout) ET SURTOUT pas de fin sur pc, oui car c'est après mon achat que j'ai appris que la fin fallait l'acheter..et ubi bien plus tard l'annonce haut et fort : pas de dlc pour la fin. C'est pas un mal je ne l'aurais pas acheté de toute façon, mais pour ceux qui voulaient.

Autre chose agaçante les inscriptions et validations de jeu sans cesse plus nombreuse, sur pc impossible de revendre maintenant vu qu'il faut s'inscrire partout (steam, game for windows...) - donc à terme plus de magasins de jeu car plus d'occaz - par exemple jouer en solo a dawn of war faut tout de même être connecté à steam+game for windows (lui même relié à msn...va comprendre Charles). Chouette c'est la fête de l'espionnage du flicage de jeu...comment? C'est contre le piratage, ah désolé moi ça m'y incite!

Aller les gars continuez à foutre en l'air tout ça un jour ça vous fera tout drôle.

Malgré tout il reste de bonnes productions, mais dans la masse elles se noient un peu.

Écrit par : infogratriste | 18/09/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu