Avertir le modérateur

08/10/2009

Le bio et l’éthique s’attaquent au chic

Rangez les vilaines espadrilles en bouses d’éléphants recyclées et les horribles pantalons en bâches de camion retraitées. La mode éthique et chic existe. Elle tenait même salon pour la sixième année consécutive à Paris le week-end dernier. Pour les 100 créateurs participant à l’Ethical Fashion Show 2009, le défi est de taille. Un sondage réalisé à la fin de l’année dernière par l’Institut français de la mode rapporte que 60 % des jeunes consommateurs « ne trouvent pas de vêtements éthiques à la mode ».

Qu’ils aillent donc faire un tour sur adaz.co.uk, le site d’Ada Zanditon. Considérée outre-Manche comme la nouvelle Vivienne Westwood, elle a remporté avec sa collection en lin naturel européen le prix de la créativité du Salon. Le popeux british Patrick Wolf n’a pas attendu le verdict du jury pour l’adouber créatrice branchée : il a confié à Zanditon la réalisation de tous ses costumes de scène pour sa dernière tournée.

Autre lauréat de cette édition 2009, Bibico qui vient également de Grande-Bretagne. Mais les influences de la créatrice de la marque, Nieves Ramos Ruiz, sont latines. Ses modèles en coton et en laine ne sont certes pas bio. Mais ils sont beaux. Et produits selon des critères éthiques. Suffisant pour obtenir le prix La Redoute et une mise en avant dans les pages du géant roubaisien de la vente par correspondance. Ethique, chic et cheap.

Laurent Bainier

Trois conseils de champion pour une classe mannequin

C’est fâcheux, mais les agences de mannequin ont tendance à accorder de l’importance au physique des personnes qu’elles recrutent pour défiler. Alors, si vous avez les poignées assorties à votre gueule d’amour et que vous rêvez d’être la nouvelle Lara Stone, vous allez en suer. Le défi est de taille mannequin, nous avons donc demandé à un coach champion du monde trois astuces pour booster votre régime.

1. Plus c’est long, plus ça fond
« Pour travailler la masse graisseuse, il faut des séances d’effort longues et régulières », explique Pascal Lafleur, champion du monde de kickboxing (1997-1998)*. Trente minutes (voire cinquante) d’effort trois à cinq fois par semaine sont nécessaires pour donner de vrais résultats. « Soignez votre apport en oxygène. L’idéal est de pouvoir parler pendant qu’on fait ses exercices. » Et ça évite de s’ennuyer. « Il faut combattre la routine pour garder la motivation : faites du sport à deux, ou en musique. C’est plus encourageant. »

2. Opération pain contre biscottes
Le soda light, c’est une vue de l’esprit. « On oublie l’alcool et les boissons gazeuses. Et on boit de l’eau avec du jus de citron », estime le coach. L’hydratation, c’est la base mais on ne l’obtient pas qu’en tétant de la Volvic. Cherchez l’eau dans les fruits et les légumes, et même chez votre boulanger. « Préférez le pain aux biscottes, beaucoup trop sèches. »

3. Souriez, éliminez
« La clé d’un régime, c’est la motivation, rappelle Pascal Lafleur. Avoir un bon mental, c’est accomplir 80 % du travail de perte de poids. » Et pour garder la frite, vous pouvez à l’occasion en manger « Une fois tous les quinze jours, si vous avez respecté vos objectifs, il faut vous récompenser. Offrez-vous une glace ou une pâtisserie, faites-vous plaisir et gardez le sourire. » Si avec tout ça vous n’obtenez pas la taille mannequin, vous aurez au moins trouvé l’énergie pour vous inventer une autre carrière.
* 10, rue Saint-Claude, Paris 3e.

Laurent Bainier

24/09/2009

Faites vos cosmétiques vous-même

Pas cher, bio et sur-mesure. Les crèmes home-made ont tous les avantages. Nous avons demandé à deux expertes de nous donner leurs conseils pour réaliser soi-même ses produits de beauté.

 

Emilie Hébert, blogueuse et auteur de "Mes soins bio, 40 recettes pour bébé et maman"

Anne-Marie Zorat, herboriste au Chaudron Magique et guide nature

 

Quel type de cosmétique peut être confectionné soi-même ?

E.H. : On peut tout confectionner soi-même du simple gommage aux crèmes visage anti-rides plus sophistiquées. Il est de plus en plus simple de se procurer des matières premières et ainsi réaliser une crème spécialement formulée pour ses besoins propres. (Anti ride, peaux grasses, peaux sèches, acné…)

A.-M.Z : Et bien sûr, tous les produits de soin des cheveux et du corps : shampooings, baumes, eaux et huiles capillaires, huiles et crèmes de massage (relaxation, cellulite etc), gels douches, produits pour le bain, gels anti-bactérien et même du savon, avec ou sans savon!

 

Quel est l'intérêt de faire soi-même ses cosmétiques ?

E.H. : J’ai commencé à réaliser mes propres produits de beauté pour me faire plaisir : gommage à l’amande, exfoliant au lait de coco, crème à la rose … mais surtout pour éviter les matières premières controversés en cosmétiques : composés éthoxylés, hydrocarbures, silicones, parabènes, dioxyde de titane ou bien sels d’aluminium … certaines sont irritantes, toxiques allant même jusqu'à être cancérigène !

Essayez de décrypter les étiquettes de vos cosmétiques préférés, vous serrez sans doute surpris de savoir que vous payer autant pour 80 % d’eau, 20 % d’huile minérale et quelques semblants d’actifs…

A.-M. Z : Le plaisir de la créativité, comme en cuisine, est au rendez-vous, et souvent la démarche du cosmétique "fait maison" devient une passion, qui se partage sur Internet ou en réunion entre filles (le plus souvent).

 

Où se procurer les matières premières ?

A.-M. Z. : En général, des huiles et beurres végétaux (argan, karité, rose musquée, ....) et des eaux florales (rose, fleur d'oranger etc), gel d'aloe vera, cire d'abeille, argiles ... On y ajoute des huiles essentielles ou de l'extrait de pépins de pamplemousse pour la conservation. Certains produits émulsifiants ou des "conservateurs" naturels sont aussi utilisés. D'autres produits de la terre peuvent être utilisés (jus de fruits, infusions, yaourts....). En général, on veille à ce que ces produits soient issus de la culture biologique contrôlée (Nature et Progrès, AB ...), et on les trouve dans les magasins d'alimentation naturelle, chez certains herboristes ou en pharmacie (alcool, borax etc). Au Chaudron Magique, on peut trouver tous les ingrédients, les émulsifiants, les huiles essentielles et du petit matériel pour préparer ses "potions" (mini fouet, flacons etc).

E.H. : Sur Internet je peux vous conseiller les yeux fermés le site Aroma-zone.

 

 

Y a-t-il des précautions particulières à prendre ?

E.H. : Oui! Certaines matières premières requièrent une vigilance accrue comme les huiles essentielles qui doivent être utilisées avec parcimonie. Certaines sont dermo-caustiques, neurotoxiques, et même abortives.

En ce qui concerne la fabrication et la conservation, il faut être vigilant. Si les produits sont destinées a être gardés un certain temps (comme une crème visage), il faut stériliser les ustensiles et pots qui serviront à la fabrication, et intégrez un conservateur naturel (l’extrait de pépins de pamplemousse et la vitamine E sont couramment utilisés) .

Bien sûr pour éviter les éventuelles allergies, il faudra effectuer un test de tolérance cutanée dans le pli du coude avant utilisation du produit.

 

Combien de temps se conservent-ils ?

A.-M. Z. : La durée de conservation est assez limitée et souvent variable (de 3 jours à  1 mois maximum) et les produits se gardent en général au frigo. Ce qui permet finalement d'en changer souvent et d'essayer de nouvelles recettes...

 

Et vous, quels produits réalisez-vous vous-même ?

E. H. : Je réalise tout ce qui m’est possible de faire, j’ai un certain goût du risque ! Du savon, au maquillage en passant par mes crèmes et produits pour mes enfants et mon mari. Je fais tout !

 

A.-M. Z. : A titre personnel, je confectionne une partie de mes produits, mais je ne suis justement pas une "grande coquette" : je me concocte des huiles de beauté pour le visage et le cou (hydratantes, raffermissantes et anti-rides surtout) à base d'huiles végétales (jojoba, noisette, argan, rose musquée) et additionnée d'huiles essentielles. Mais tout le monde n'apprécie pas toujours les huiles de beauté. Je vends donc aussi de nombreuses crèmes labelisées, et je les teste sur moi. Parfois, j'adapte une recette en la simplifiant. J'utilise des masqques d'argile de tous types, des soins hammam (à base de rhassoul, de savon noir, d'huiles essentielles), des masques pour les cheveux (argan et ylang ylang),...

17/09/2009

Adidas lance une ligne d'aromathérapie

Vous avez beau la humer encore et encore : votre tenue de sport fleure la transpiration. C’est bon signe (elle sentirait le parfum de votre coach, ce serait suspect), mais ce n’est pas le meilleur des relaxants après l’effort. En sortant au début du mois, sa nouvelle collection Adilibria, Adidas a décidé de travailler sur l’odeur de ses fringues. Confectionnés en Skintex, un textile intelligent qui contient des huiles essentielles et des extraits de vitamines E, les débardeurs et tee-shirts de la gamme libèrent pendant l’effort des arômes qui, d’après la plaquette, « stimulent les sens et donnent de l’énergie ». Les pros du marketing appellent ça une « ligne d’aromathérapie ». C’est beau comme une pub pour la litière pour chat, mais ça marche.

 


Ne vous attendez pas à pulvériser le record du tapis de course de votre salle, ce n’est pas une combi de nageur. Mais tendez les narines et détendez-vous. Vendue autour de 40 €, la collection Adilibria est disponible dans l’ensemble des points de vente de la marque. Attention, toutefois la « ligne aromathérapie » ne dispense pas de prendre une douche après l’effort, ni de mettre du déodorant.

Laurent Bainier

Retrospecs & co dépoussière les lunettes

1809-MAG-Lunettes.jpgQui veut aller loin réaménage ses montures. C’est en customisant de vraies paires de lunettes datant de 1920 à 1970 que la marque américaine Retrospecs & Co a bâti sa récente célébrité. Jay Owen, son fondateur, a lancé son entreprise en 1992 à l’arrière de son camping-car, parcourant les Etats-Unis à la recherche de lunettes des années 1930 et 1940, « l’âge d’or de la monture », selon lui. Aujourd’hui, il prospère. Adoptée par Tom Cruise (mais quel créateur ne revendique pas de lui avoir fait porter un de ses modèles), Harrison Ford, Johnny Depp et bien d’autres, sa marque se fait doucement une place au soleil. Repérée par la Mecque de la monture chic, Marbeuf Optique à Paris, Retrospecs a atterri sur le nez de people français et dans les vitrines des collectionneurs… fortunés. Pour s’offrir un modèle, il faut compter environ 600 €. Mais à ce prix, vous avez droit à un exemplaire numéroté et à un petit bout d’histoire. Et aussi à des lunettes de soleil, ce qui est utile quand il fait beau.

Laurent Bainier

27/08/2009

La Défense en tong

 

Pour tout le monde, c’est la rentrée mais pour vous, c’est encore un peu les vacances ? Allez narguer les galériens en vous offrant une promenade à La Défense. Sur sa dalle de 30 hectares, vous pouvez vous offrir, pour le prix d’un ticket de métro, une promenade dans un mini-Manhattan. Temple du costume-attaché case et enfer des porteuses de talons hauts, ce quartier, qui doit son nom à une statue dite « de la défense de Paris » érigée en 1883 tout près de là, n’est pas seulement l’un des plus gros quartiers d’affaires européens. C’est aussi un musée d’architecture contemporaine à ciel ouvert.

Verdure et disques durs

Pour le découvrir sous son meilleur jour, arrivez vers midi et en métro. 80 % du trafic quotidien de La Défense est assuré par les transports en commun et l’espace, interdit à la circulation, est la plus grande zone piétonne « parisienne ». A partir du bassin « Takis », remontez la dalle à la chasse des cinquante œuvres d’art contemporain qui y sont réparties. Après les terrasses et les joueurs de pétanque du cours Michelet, faites un tour au splendide parc Diderot, où quelques-uns des 140 000 salariés du quartier étendent leur pause déjeuner sur la verdure.

Filez ensuite sur la Grande Arche, qui a fêté ses 20 ans cette semaine. Dessinée par l’architecte danois Otto von Spreckelsen, elle héberge au dernier étage un musée de l’informatique. Si vous n’êtes que peu émoustillés par les disques durs rétro, vous pouvez achever votre safari chez les cols blancs sur le toit de l’Arche. Vous y découvrirez un panorama exceptionnel de Paris par beau temps. Il pleut ? Vous seriez finalement peut-être mieux au travail…

Pour découvrir la Défense sur un balai, ça se passe avec Jan Kounen

 

Notre sélection de sac à dos

Les boutons d’acné , ça ne s’achète pas. Mais le vieux pull en laine informe et le sac à dos, eux, se trouvent dans toutes les boutiques branchées, depuis que les Beaux Gosses de Riad Sattouf ont fait du look « âge ingrat » la nouvelle panoplie hype. Le 2.0 a sélectionné pour vous cinq keuss pour une rentrée classe.


Vrai Gosse

2808-SHOP-TannsADETOURER.jpgCa file une claque mais Tann’s a 30 ans. On repense à lui, un peu pataud, qui allait pour la première fois à l’école sur notre dos et on a l’impression que c’était hier. Aujourd’hui, la marque des écoliers vend des gammes pour adultes et pour enfants, taillées dans des matériaux respectueux de l’environnement. Et elle abandonne, pour ce modèle Trolley à tirer ou à endosser (59 €), son ergonomie d’aile delta. Aujourd’hui, t’a ton Tann’s ET toutes tes lombaires.  Youpi !

Gosse beau

A ce stade de l’article, une précision s’impose. L’objectif n’est pas de se saper comme un sac, mais juste d’en porter un. Napapijri l’a bien compris avec ce modèle aventurier du pôle (70 €) pour ceux qui oublient la fonte des glaces en se contemplant dans le miroir.

Sale Gosse

2808-SHOP-eastpakADETOURER.jpgLa terreur des livres de cours, c’est lui. Eastpak est sans doute la seule entité sur Terre à avoir plus fait souffrir le Bescherelle qu’un candidat de téléréalité. Si les sacs à dos de la marque cornent toujours les livres qu’ils contiennent, ils restent les excroissances dorsales les plus prisées. Avec ce modèle en flanelle grise (65 €), Eastpak la joue collégien américain pré-Columbine. Rétro beau...

Propre gosse

2808-SHOP-M1kADETOURER.jpg2808-SHOP-freitagADETOURER.jpgAttention, ceci n’est pas un sac bleu, mais un sac vert. Confectionné à partir de bouteilles recyclées, le M1K (pour « moins d’un kilo ») est un cartados : mi-cartable, il protège les livres, mi sac-à-dos il préserve votre colonne vertébrale (29,90 €). Si vous avez passé l’âge de trimbaler votre bibliothèque sur vos épaules, choisissez plutôt un Freitag (5). Les frangins suisses, qui ont offert aux bâches de camion une reconversion inespérée avec leurs besaces faites dans ce matériau recyclé, proposent un modèle de sac-à-dos (115 €). Bretelles en vieilles ceintures de sécurité, bout d’airbag pour les renforts... Vous alllez être beau comme un camion.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu