Avertir le modérateur

20/11/2008

Captain Kidd remporte la bataille de groupes

Record de participation pour cette bataille de groupes sélectionnés par le site français stillmuzik.com, qui se situe à mi-chemin entre le e-label et la plate-forme de téléchargement. Raphaël, alias Captain Kidd, récolte plus de 7 000 points et gagne la battle de la semaine, devant Dash Klusterz et Vinyl SA. Un beau buzz pour un artiste de 24 ans encore complètement inconnu.

 

2111-MAG-cultureCaptain.jpg

Vous avez gagné notre casting, alors que vous n’avez jamais fait de scène, ni enregistrer d’album. Avez-vous une explication ?

 

En passant ma semaine à envoyer des mails à tous mes contacts pour qu’ils me soutiennent (rires). C’est vrai que je n’ai pas encore enregistré d’album, mais on peut déjà acheter mes chansons sur le site de Stillmuzik ou les découvrir sur mon MySpace. C’est d’ailleurs comme ça que j’ai été repéré par Stillmuzik et par mes premiers fans.

 

Comment définiriez-vous votre style ?

Je fais de la folk avec quelque chose en plus. Mais ce quelque chose en plus, je ne sais pas comment le définir.

Vous n’avez jamais fait de scène. Ce n’est pourtant pas le plus difficile à obtenir…

Moi, je suis prêt à faire de la scène n’importe où, dans un petit bar ou dans une grande salle. Mais mon univers est impossible à retranscrire avec juste une guitare. Il me faudrait un orchestre.

Pourtant vous composez vos chansons avec votre seule guitare ?

Pour l’instant, je les bricole devant mon ordi. J’ajoute ensuite des samples d’instruments pour habiller le tout.

Pour l’instant ?

Oui, pour l’instant. Car en 2009, j’aimerais sortir de l’ombre, produire mon premier EP, travailler mes arrangements avec des moyens professionnels. Je ne suis pas ingénieur du son, je suis graphiste. Du coup, je pense que je ne suis qu’à 90 % de mon potentiel.

D’où vient ce nom de Captain Kidd ?

C’est un corsaire qui est peu à peu devenu pirate. Ça me correspond bien.

Recueilli par Laurent Bainier

13/11/2008

Au coeur de la libération d'Ingrid Bétancourt

Séquence choc ce soir à 22h40 sur Canal+. Après avoir peiné à l'attraper, un groupe d'hommes s'acharne à coups de pistolet électrique sur une poule. Un docu sur la délinquance dans les campagnes françaises? On en est loin, très loin. La scène a été tournée en pleine jungle colombienne. Et les hommes en question sont les membres du commando chargé de la libération d'Ingrid Betancourt. Nous sommes le 2 juillet 2008, et à quelques heures de l'opération, ils testent l'arme destinée à paralyser les deux geôliers d'Ingrid et ses compagnons. Ces images exceptionnelles, et beaucoup d'autres, figurent dans Ingrid Bétancourt: histoire secrète d'une libération.

1411-MAG42-BETANCOURT.jpg

Qui est suivi d'un second sujet: Les dix jours où les Farc ont perdu Ingrid. Préparation de la fausse mission humanitaire, témoignages exclusifs des responsables de l'armée colombienne, réaction live des guerilleros, dessous et détails de l'opération sont tous illustrés. "Nous avons récupéré certaines images sous le manteau, d'autres nous ont été données par les Farc ou les autorités, explique Roméo Langlois,  co-auteur du sujet avec Pascale Mariani. Les militaires ont filmé sur leur téléphone portable ou des appareils photo avant, pendant et après l'opération". Oui, mais pourquoi avoir donné ces séquences à deux français? "Nous sommes installés depuis huit ans à Bogota et disposons de bons contacts. Et puis les Colombiens étaient, avec raison, très fiers de la réussite donc ils étaient disposés à communiquer" A contrario, si les diplomates chargés du dossier en France témoignent dans le doc', Bernard Kouchner, est lui resté aux abonnés absents. "La France n'a pas vraiment le beau rôle dans l'histoire", précise Roméo Langlois.

Le caractère exceptionnel de cette enquête n'a pas échappé à Canal. Prévue le 17 octobre, l'émission a été déprogrammée – fait rare - car de nouvelles images étaient parvenues aux deux journalistes. Depuis, certaines ont été diffusées par des chaînes américaines et une chaîne colombienne. D'autres restent complètement inédites.


Alice Coffin

 

Antoine de Maximy a fait son nid

Pour Antoine de Maximy, au début, il était presque plus facile de s'incruster pour la nuit aux quatre coins de la terre – principe de "J'irai dormir chez vous..."– que sur le petit écran. En 2003 France 2, initialement intéressée, décline, et c'est finalement Voyage, puis Canal+, et enfin France 5 qui ont joué les aubergistes cathodiques. Cette période est révolue, et le "globe-squatteur" s'offre même le luxe, mercredi, d'un long-métrage en salle."J'irai dormir à Hollywood" est co-produit par France 5, une première pour la chaîne. Un parcours qu'il raconte dans le documentaire, "J'irai dormir de chez vous... à Hollywood", demain à 16h sur France 5. De la dèche au luxe d'une bande-annonce de 52 minutes pour son film? "Evidemment ce docu a un côté promo, reconnaît Antoine de Maximy. Mais c'était aussi une manière de revenir sur la fabrication de l'émission et sur les difficultés de passer du format télé au grand écran". Il retrouvera la lucarne pour une vingtaine de rediffusions et six inédits en 2009. Sans avoir à jouer les incrustes.

18968652_w434_h_q80.jpg


Alice Coffin

Hôtel des Paniques

Ça déstructure dans étages. Au Mangin Palace, si une porte est ouverte, elle s’ouvre sur un gouffre de fantaisie. Les fenêtres n’en font qu’à leur tête, l’ascenseur a ses humeurs. Quant au Dress code il est assez constant, à savoir « l’élégance se mélange au nimportenawak». Le Mangin Palace «Archi loufoque et total foutraque» explore avec délices toutes les nuances et errances de la radio, pour cerner de complexes thématiques: « Tu es Mont de Piété, corbeau et vieilles momies », «Tu es chienlit, énarques et vide grenier»…. La semaine dernière, ce fut «Tu es grosse émission spéciale» sur Barack Obama. Dans le carnet de bal, la traditionnelle «session freudienne», un «intermède bovin», et au chapitre « Ils l’ont fait », la diffusion d’une pub pour la purée McCain. Ce dimanche, on poursuivra avec « tu es gros Mickey, Obama dans sa nouvelle baraque et champignons hallucinogènes ». Bien sûr…

Anne Kerloc'h

 


>>Panique au Mangin Palace, 11H à 12H le dimanche, sur France Inter, par Philippe Collin.

>>> Vous avez repéré un ovni. Présentez le en commentaires.

Seul le silence de Roger Jon Ellory

Ne lisez pas ce livre, il vous hantera.
C’est la révélation catégorie roman noir de cette rentrée : Seul le silence, premier roman traduit en français du Britannique R.J. Ellory. Anagramme involontaire du grand James Ellroy, l’auteur appelle inévitablement à sa table les chefs d’œuvre du maître du Mal et de la rédemption, à commencer par Le Dalhia noir.

9782355840135.jpg
Joseph Vaughan a 12 ans et vit dans le sud rural des Etats-Unis quand est assassinée une fillette voisine. Un meurtre non résolu qui va bouleverser le garçon. Devenu écrivain à succès, Joseph s’installe des années plus tard à New York, mais de nouveau les meurtres d’enfants se multiplient. Il n’a alors d’autre choix que de mener l’enquête, quel qu’en soit le prix.
Seul le silence est un roman exceptionnel, qui détourne le thriller classique de serial killer pour aborder la grande littérature américaine tout court. Dédié à Truman Capote, on y retrouve le sens maniaque du détail et la volonté d’épuisement total du sujet magnifié par l’auteur de De sang froid. D’une noirceur absolue, il prend en otage le lecteur avec un sens du suspense nourri par un style mélancolique, qui transforme la torpeur en soupçon. Un véritable tour de force, publié par l’excellente et jeune maison d’édition Sonatine.


Seul le silence, R.J. Ellory, Sonatine, 497 p, 22 €.

Retrouvez toute l’actu du livre noir sur Polar Blog, le blog de Bastien Bonnefous.

Bastien Bonnefous

11/11/2008

Trois groupes choisis par Stillmuzik, qui allons-nous interviewer?

Stillmuzik avait affolé les stats lors de son dernier casting pour le cahier 2.0 week-end. Nous les avons donc invités à nouveau cette semaine. Au programme, trois groupes ou artistes distribués par ce site français, à mi-chemin entre le e-label et la plateforme de vente en ligne. Et en bonus, un cadeau pour les dix internautes qui poseront les commentaires les plus originaux en bas de cet article : une compil de dix titres à choisir sur Stillmuzik. A vos votes et à vos commentaires...

 

Dash Klusterz

dashkluzter.JPGLe groupe est né il y a quelques mois de la rencontre de deux DJ français, Raky et BaSS-Ka. Leur électro made in Sud-Ouest a déjà agité pas mal de dancefloors. Dash Klusterz sort cette semaine un nouvel EP chez RUNt Records et tente notre grand blog-crochet avec un titre péchu, "Disco Wee"


podcast

>>> Pour voter, c'est ici

 

Vinyl SA

vynilsa.JPGSoan & Azël ont multiplié les projets individuels avant de se retrouver au sein de Vinyl SA, un duo qui renouvelle la vague electro-sexy-french-pop et s'éclate sur scène. La voix envoûte, la musique glace. Le groupe, finaliste du concours Fallenfest à la Cigale en décembre, concourt cette semaine avec le titre "Faire le choix".


podcast

>>> Pour voter, c'est ici

 

 

Captain Kidd

kaptainkid.JPGCe jeune folkeux a emprunté le nom d'un marin écossais mais sa musique, elle, sent l'Amérique. Country et blue grass ont influencé le Parisien, qui nous offre pour cette battle son morceau "The Tower", à écouter ci-dessous.

podcast

>>> Pour voter, c'est ici

 

>>> Pour gagner l'une des dix compil' de dix titres Stillmuzik, commentez cet article. Nous retiendrons les plus originaux...

06/11/2008

Toute la nuit devant vous de Marcus Malte

Les stylistes se font rare dans le polar français, et Marcus Malte en est un. Taiseux et discret, l’homme fait son miel littéraire des vies quotidiennes qui dérapent sous la force du destin. Garden of love, La part des chiens, Intérieur nord… son univers romanesque qui mêle violence des rapports et tendresse pour les personnages, rappelle ceux des illustres Goodis ou Simenon. Même goût de l’échec, même fatalité de l’existence, même chute finale désespérée.

0711-MAG-polarblog188.jpgSon dernier ouvrage, Toute la nuit devant nous, est un recueil de trois nouvelles sur la jeunesse et la puissance des rêves. Trois tranches de vies ordinaires qui basculent dans le tragique. Une colonie de vacances, deux ados solitaires, des rêves de vengeance, et le château qui accueille le groupe se transforme en scène de crime. Quatre militants écolos, gamins au nom de fleurs, qui refusent une Terre violée par l’homme, et vont au bout extrême de leurs convictions. Un gosse des cités marseillaises, prodige du ballon, qui mesure le temps gâché derrière les barreaux de sa cellule. A chaque fois, Marcus Malte sait trouver les mots justes et les silences entre ces mots, pour dire ces vies aliénées par le sort et la sottise du fatum.

 

Toute la nuit devant nous, Marcus Malte, Zulma, 126 pages, 15 €.

Retrouvez toute l’actu du livre noir sur Polar Blog, le blog de Bastien Bonnefous.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu