Avertir le modérateur

12/02/2009

C’est la tentation finale

Il y a des événements avec lesquels il est malvenu de rire. La confirmation, hier, de la fin de l’île de la tentation par TF1 a plongé une partie des salariés de 20 minutes dans une sidération mutique. Sans un mot, les claviers ont été recouverts de crêpe noir. Près du local à balais, un autel du souvenir accueille bougies et pétards surprises. En signe de deuil, nous déchirons nos cartes du Tendre, empreintes de maximes signées Ben (saison 6, épisode 8) : « l’amour c’est la souffrance », « tu es dans mon cœur et j’ai eu un frein »,  « tu veux te venger, ça s’appelle de la rancunerie ». TF1 nous promet une nouvelle grille pour la saison des amours, mais la perte ouvre dans notre âme une béance sans nom. Pour nous consoler, imaginons une suite. Une télé réalité morale, par exemple «  L’île de l’Abstination» (hé, ho, nous aussi on a le droit de parler le Ben). Dans une île déserte de la mer de Botnie, des participants seraient réunis pour un séjour pudique et revigorant. Les journées s’écouleraient, folâtres, entre lecture de psaumes en araméen, dégustation de thé au hareng et tissage de caleçons longs en fibres de bruyère séchée. Une idée.

Anne Kerloc'h


05/02/2009

La radio pousse le son de la fiction

0602-MAG26-ARTERADIO.jpg
« These scars on your arms-mais c’est pas possible, t’es complètement obsédée par les cicatrices toi, you’re obsessed ». Déjà Vu, d’Arte Radio et la BBC, est la première fiction radio bilingue –n via une histoire d’amour reliée par Eurostar. Deux amants, une Anglaise et un Français y apprennent autant les mots que le corps de l’autre. Une trouvaille qui rend l’histoire compréhensible même si l’on ne parle qu’une de deux langues. Et un duo qui répond à celui formé par l’imposante BBC, sa compagnie d’acteurs à demeure, ses fictions radio à gogo (700 heures produites par an) et le « son » de la web radio d’Arte, moderne et allumé. Le tournage a pris une quinzaine de jours. De quoi oser un peu d’impro et de récolter des sons uniques « trop souvent d’un fiction à l’autre, on entend le même camion pré-enregistré note Christophe Rault, le réalisateur, on oublie la richesse du son naturel ».
Arte est un peu le labo sonore du temps présent « Personne ne se dit plus, oh là, là, il est 22H, faut que je rentre pour écouter la fiction radio, raconte Silvain Gire, fondateur et directeur d’Arte Radio. Les créations doivent être podcastables et les formes adaptées. Les création courtes, marrantes comme le Bocal, cartonnent ». Le Bocal, comédie en apnée sur la vie de bureau avec le collègue « Calamar » compte deux saisons et intéresse les Allemands. A écouter aussi « l’audioguide de bord » où l’on visite des monuments imaginaires, telle la « statue du pouvoir d’achat ». Des formes nouvelles particulièrement prisées par les stations associatives et locales. Radio Grenouille à Marseille, Jet Radio à Nantes ont ainsi accueilli la frissonnante «  Chambre triste ». « La chambre triste, on l’a pensée comme un film, pas comme une lecture » raconte le producteur, Ulrich Vantillard. Face aux expérimentations qui montent le son, France Culture, qui produit 6H30 de fiction par semaine, est décidée à innover, en plus de ses rendez-vous plus classiques, théâtre, lectures et feuilletons. Avec des œuvres jeunesses merveilleusement absurdes comme « Avance Rapide » de Tanguy Viel « Et des formes plus courtes, des comédies, de la science fiction » détaille Blandine Masson, responsable de la fiction. La station compte aussi avancer sur les questions de droits d’auteur afin de passer au web et au podcast « On n’écoute plus la fiction autour d’une table reprend Blandine Masson. Il y a une vraie culture du son chez les jeunes et nous devons saisir cette chance».
Anne Kerloc’h
http://www.arteradio.com/
http://lachambretriste.resiste.org/


Cristal dada

Scu’se M’dame, toutes mes confuses. Jean-Luc Delarue s’est excusé auprès de Yamina Benguigui, à qui il avait proposé de tenir « les globes » lors de la cérémonie des Globes de Cristal. Jean-Luc Delarue s’excuse beaucoup. Pour les blagues sorties tout droit de chez Mufle, Relou, & associés. Pour avoir joué la horde sauvage à lui tout seul dans les avions, maniant martialement le saumon, dans un remake de Thierry la fronde chez les Oméga 3. Sans compter les émissions où ses propos semblent aussi stables que le morceau de sucre qui rencontre le chlorate de soude (même qu’ils se racontent des histoires d’étincelles).
Mais quelle immense poésie convulsive se dégage de ses bourdasses et confusionnades ! Comment ne pas reconnaître l’écho des « Chants de Maldoror », dans les répliques hypnotiques de Ça se discute ? Comment ne pas voir un décalque post-dadaïste de Gérard de Nerval promenant son homard en laisse en Jean Luc faisant prendre l’air à son saumon en avion ? Les sots parlent de propos incohérents là où il s’agit d’écriture automatique. Sachez le, dans le « je suis à côté de mes pompes » d’un Delarue, c’est la cuillère-chaussure d’ André Breton qui nous parle.

Anne Kerloc'h

Nolife, roboratif des geeks

Il était une fois une chaîne câblée qui n'avait pas peur de s'appeler « Nolife », et de s'adresser, dixit son fondateur Sébastien Ruchet aux « geeks ». Son slogan: « Y'a pas que la vraie vie dans la vie ! ». Pas étonnant, du coup, qu'aux pauvres et triviaux humains, les écrans de Nolife préfèrent, bien souvent, robots et androïdes. "On est très porté sur le Japon, sur les nouvelles technologies, sur les mangas, alors forcément, on fait beaucoup, beaucoup de choses sur les robots", explique Sébastien Ruchet. En novembre dernier, Nolife a ainsi consacré trois heures d'antenne pour une soirée spéciale à la gloire de Megaman. Série culte de jeux vidéos, où un super robot tente de sauver la terre. La chaîne diffuse aussi la série Gunbusters, du nom de robots contrôlés par des êtres humains aux pouvoirs psychiques très spéciaux, les Topless... Nostalgiques attention, prévient Sébastien Ruchet, "c'est un peu Goldorak"!

Anne Kerloc'h

29/01/2009

La chronique d'Anne Kerloc'h: En toute franchise

Disons le franchement, même si cela doit déplaire, faisons fi des pressions, osons. Osons exposer avec crudité cette vérité qui dérange : Laurence Ferrari est un être d’exception. Certes, elle a, comme tout le monde, pas mal de défauts : elle s’intéresse aux causes humanitaires, le travail « ne lui fait pas peur », elle est « incisive » ; « en quête d’absolu », « stoïque », « habile et tenace ». Pardonnez nous également cette confession gênante, voire dérangeante : « sa diction est parfaite » .

C’est du moins ce que nous apprend la biographie « Une femme à la Une », aux Editions Alcina. Avec sa cohorte de compliments, l’auteur voulait sans doute insuffler à la présentatrice du JT de TF1 la tiédeur inconstante de l’humanité, elle à qui les médias ont reproche un certaine distance, voire de la froideur. Montrer que la femme-tronc avait des jambes et des convictions. Bref, qu’elle était douée de vie. Le résultat est magnifique. En lieu et place d’un portrait en creux et bosses, où la lumière pourrait jouer, on nous livre un splendide moulage prêt pour le musée Grévin. Et pas une goutte de cire n’a coulé.

Anne kerloc'h

Al dente cuisine la crise

La crise, « tu l’aimes ou tu la quittes », « pour que la crise reste, tapez 1, sinon tapez 2 », « Vous avez ce que vous méritez, signé K. Marx »… Depuis décembre, un brainstorming 2.0 est à l’œuvre sur le site aldentelacrise.com. Une site où l’on s’essaye à la devise de crise, lancé par l’agence de création et publicité innovante Al dente. «Ces derniers mois, le téléphone sonnait moins à l’agence, les clients se faisaient rares, c’était la crise ! lance Patrizo Miceli, un des cofondateurs, du coup, en décembre on a commencé à faire des stickers déclalés sur le thème de la crise. Cela a tellement fait marrer les gens qu’on a créé une collection de tee-shirt, vendus chez Colette».

3001-MAG18-ALDENTELACRISE.jpg

Le buzz fonctionne, le téléphone se met à resonner… Désormais l’agence envisage une déclinaison américaine, une projection des slogans sur la bourse du commerce. Jusqu’au 13 février le site a lancé un grand concours de slogans de crise. Les gains « astronomiques » précise le site sont de 50 euros et un tee-shirt « ainsi que la fierté de voir son propre slogan figurer sur une série de tee shirts et/ou stickers distribués dans différents points de vente ».  Un peu léger pour du droit d’auteur ? Ben oui, c’est la crise…

Anne Kerloc’h

Au pays de la ménagère de moins de cinquante ans, le senior est banni

 

Les programmes consacrés aux seniors, "ça n'intéresse pas les jeunes et ça fait flipper les vieux". Gilles Galud sait de quoi il parle. Il a produit, pour Canal+, "Les Interminables". Série, qui, cas rarissime, met en scène des centenaires fringants et à la libido débridée. Résultat, un bide. "Les gens n'ont pas envie de voir cela. Pourtant, Canal programme aussi, "une des dernières émissions de télé où l"on voit des vieux", dixit Benoît Delépine. Mais pour un Groland, combien de "fictions où l'on retrouve le retraité grognon, la gentille grand-mère, s'interroge Jean-Paul Tréguer, fondateur de Senioragency. Soit les seniors sont ridiculisés, soit invisibles. Car plus notre monde vieillit, plus les producteurs, directeurs de programmes souffrent d’un jeunisme hystérique". D’ailleurs la figure sacrée du paf est la ménagère de....moins de cinquante ans! "Tout est dit, poursuit Jean-Paul Tréguer. C'est "à" mais aussi "devant" l'écran que les chaînes ne veulent pas de seniors. Elles ne parlent que rajeunissement de l"audience". Et pourtant, sur ce front, comme sur d'autres,cela bouge.

"J'ai de plus en plus de demandes de comédiens" note Sylvie Fabregon, de l'Agence Masters, spécialisée dans les acteurs seniors. Et plus seulement pour des pubs sur l'incontinence!". Cela tombe bien car "les acteurs de 80 ans ont une super patate et ne demandent qu'à sortir des rôles sclérosants dans lesquels on les enferme", notre Vincent Primault. Parmi la série de sketchs qu'il a réalisés pour "Pitch-Story" sur TPS Star, figure "La Haine Vermeille », sur des seniors du 9-3 « qui ont la haine ». Sa comédienne, Paulette Franz, 78 ans, en appelle "à tous les ieuv, on a la haine, la haine, la haine Vermeille !". « elle m’a même dit que je n’allais pas assez loin dans le rap s’amuse-t-il, qu’il fallait parler de shit, aussi… ». On est, néanmoins, encore loin des Etats-Unis, "où les présentateurs vedette sont presque tous âgés, souligne Serge Guérin, auteur de La société des seniors (Ed. Michalon). Et ils sont dans les fictions." Idem en Allemagne. En 2007, la chaîne ZDF a diffusé un téléfilm d'anticipation intitulé "La révolte des vieux". Un immense succès. Et la productrice française, Simone Harari, qui avait déjà produit pour France 2 "A nos 100 ans!", vient de signer un contrat avec la chaîne pour réaliser une adaptation française.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu