Avertir le modérateur

13/11/2008

Hôtel des Paniques

Ça déstructure dans étages. Au Mangin Palace, si une porte est ouverte, elle s’ouvre sur un gouffre de fantaisie. Les fenêtres n’en font qu’à leur tête, l’ascenseur a ses humeurs. Quant au Dress code il est assez constant, à savoir « l’élégance se mélange au nimportenawak». Le Mangin Palace «Archi loufoque et total foutraque» explore avec délices toutes les nuances et errances de la radio, pour cerner de complexes thématiques: « Tu es Mont de Piété, corbeau et vieilles momies », «Tu es chienlit, énarques et vide grenier»…. La semaine dernière, ce fut «Tu es grosse émission spéciale» sur Barack Obama. Dans le carnet de bal, la traditionnelle «session freudienne», un «intermède bovin», et au chapitre « Ils l’ont fait », la diffusion d’une pub pour la purée McCain. Ce dimanche, on poursuivra avec « tu es gros Mickey, Obama dans sa nouvelle baraque et champignons hallucinogènes ». Bien sûr…

Anne Kerloc'h

 


>>Panique au Mangin Palace, 11H à 12H le dimanche, sur France Inter, par Philippe Collin.

>>> Vous avez repéré un ovni. Présentez le en commentaires.

07/11/2008

Non Stop Joe

A quoi ressemblera vraiment Non Stop Joe le nouveau format de Fremantlemedia? 20 minutes a obtenu en avant première les détails de cette télé réalité qui n’en est pas vraiment une.

0711-MAG34-NONSTOPJOE.jpg


Jacques a dit à Joe…

Jeu de Sims grandeur nature ou «Jacques a dit» 2.0.  Joe, diffusé le 20 novembre a été imaginé par l’agence Dialog Red, filiale de Publicis. Le public lancera chaque jour des défis à Joe, via des SMS ou des posts sur ls site web (filtrés…) et pourra suivre le candidat 24h/24h en live sur le net et le mobile. Un quotidienne de quelques minutes sera en plus diffusée 7 jours sur 7 sur une chaîne de télé.

Stop… ou encore?

Joe sous son masque, c’est un peu chacun d’entre nous. Ce sont surtout 9… garçons et 6 filles, choisis parmi 500 postulants. En fin de journée, Joe est noté sur ses défis. Si le public le chérit, il reste, sinon, un autre candidat prend sa place. On achève bien les Joe ? «Non, explique Bruno, Henriquet directeur de la création de Fremantlemedia, Joe a son libre arbitre. Il peut refuser un défi ou demander au public de lui faire plaisir… de l’envoyer voir un film avec sa copine…. Un dialogue va s’instaurer». Quand Joe en aura ras-le-masque (il en a toute une collection) il pourra même quitter le jeu. «Sera-t-on dans une logique d’hyperconsommation, où les Joe vont se succéder? Est-ce que le public va s’attacher à un personnage?» s’interroge Bruno Henriquet

100% live

«Il va falloir assumer les loupés. Ce genre de défis filmé avec la bonne chute, la bonne prise est très difficile à réaliser!» note Henriquet. Et ce, d’autant plus que Joe est capté en live et en mobilité «S’il doit monter sur la tour Eiffel, il faudra suivre…». Pour la technique, Fremantlemedia annonce une première technique mondiale grâce à un opérateur mobile. Le galopant Joe va faire courir…


Le nom des diffuseurs, sera dévoilé officiellement samedi 8. Le 10 novembre l’émission lance son site www.nonstopjoe.com
avec le casting et un portrait chinois des candidats


Anne Kerloc’h

>>> Retrouvez toutes les chroniques d'Anne Kerloc'h en cliquant ici

30/10/2008

La chronique d'Anne Kerloc'h: la bombe chantilly


Ceci est une supplique pacifique. Joyeuses consoeurs et jouasses confrères, ôtez vos pataugas et videz votre chargeur à métaphores. Stop à la grammaire qui perd ses viscères, halte au massacre des bébés phrases. Ne puisez plus votre inspiration au rayon chasse, pêche et coutellerie du catalogue Manufrance. Ne vous enivrez plus d’articles qui confondent petit plomb et ponctuation, décharge d’Uzi et trait d’esprit. Que s’éloigne à jamais le temps des «roulements de tambour» et des «pris entre deux feux». Que s’éteignent les «batailles de géants» quand deux fabricants de râpe à rutabaga «partent à la conquête» du marché biélorusse. Faites la frangipane, pas la guerre. Pour une société pacifiée et croustillante, 20 minutes vous propose d’adopter la métaphore macaron, nouvelle tendance de saison. Désormais nous serons délicieusement «pris entre deux coques» pendant que dans la douceur de l’automne monteront des «  roulements de ganache ». Notre cœur sera tendre, voire «moelleux». Et nous spatulerons ensemble.

Retrouvez toutes les chroniques d'Anne Kerloc'h en cliquant ici.

Anne Kerloc'h

16/10/2008

La chronique d'Anne Kerloc'h: Celui du milieu

Pour Noël, soyez capricieux, exigez une classe moyenne. C’est rare, donc c’est cher. Les « moyens men » et « moyennes women » sont en voie d’extinction. La faute au climat ou aux prédateurs, même si le varan de Komodo n’y est pour rien. En attendant, les magazines lancent des avis de recherche pour savoir où a migré cette fichue classe moyenne, qui n’est même plus reconnaissable à son fameux terrier pavillonnaire et à son Livret A à crête rouge. L’époque est celle du trop ou du trop peu. Le passant passable, l’homme du milieu a même disparu des écrans. Le modèle télévisuel courant, c’est plutôt la gossip girl de Manhattan, celle qui se foule la cheville en glissant sur un diamant mal taillé. Heureusement, les Japonais sont en train de prendre le mal en main. Dans le jeu télévisé « Mannigen », on renverse tous les obstacles grâce à sa sublime normalité. Celui dont les réponses à un QCM se rapprocheront le plus de la moyenne de la population sera sacré vainqueur.Un jour, je serai Superbanalman.

Retrouvez toutes les chroniques d'Anne Kerloc'h en cliquant ici.

Hua, du board au guichet

A-t-il senti venir la crise et cherché la sécurité de l’emploi ? Toujours est-il qu’il y a quelques mois, Maillard a laissé la place à Célimène. Le cadre sup de « Brother &Brother » est devenu une guichetière procédurière, les deux étant joués par Jean-Michel Hua, créateur et acteur principal des deux séries. Dans « Sévices publics », le samedi à 13 h 45 sur Canal+, usagers et fonctionnaires se côtoient dans l’absurdité, par comptoir interposé. « Je voulais trouver un sujet sur lequel tous les Français se rejoignent, explique Hua. Le PDG comme le chômeur ont affaire à l’administration. »


En ces temps de crise, ne regrette-t-il pas d’avoir quitté sa multinationale, où même les plantes vertes sont gorgées d’ambition ? « Non, car “Sévices publics” est une super fenêtre de commentaires sur l’actualité. Toute décision politique pour gérer la crise a des répercussions sur un guichet d’administration. » Hua et sa bande ont cependant décidé de retrouver les Brother&Brother emportés par la tourmente économique. « On n’allait pas laisser filer l’occasion… Il y a une vraie attente pour que l’on parle de la crise version business et cols blancs. Dès lundi, on va tourner un nouvel épisode, que l’on mettra en ligne sur Facebook. » Un tournage façon Brother, au sous-sol d’un immeuble, avec des copains qui adaptent leurs plannings de commercial ou d’agent immobilier et les bruits de la machine à laver du dessus qui jouent les gêneurs. Créativité, sobriété !

Claire Hache et Anne Kerloc’h

09/10/2008

Quand les BD reporters s'en vont en guerre

Démonstration par la tapisserie. Pour évoquer la BD reportage, genre mis pour la première fois en avant au prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre (du 6 au 11 octobre), Patrick de Saint-Exupéry, rédacteur en chef de la revue XXI, invite à regarder autrement les laineuses chevauchées de Guillaume le Conquérant. «La tapisserie de Bayeux, c’est la narration d’une guerre en BD ! Le récit graphique est une manière fabuleuse de raconter le monde.» Dans XXI, revue de reportages, il a choisi de faire figurer une BD à chaque numéro : Jean-Phillippe Stassen à Gibraltar, Jacques et Pierre Ferrandez à Cuba…

1010-MAG-MED-shooting.jpg


Glissant du carnet de route au documentaire dessiné sur le syndicalisme chrétien dans les années 1960 (Les Mauvaises gens, d’Etienne Davodeau, Delcourt), la BD porte le crayon dans les plaies des sociétés, jusqu’au reportage de guerre. La référence du genre, Joe Sacco, passe du Moyen-Orient à l’ex-Yougoslavie dans des albums publiés en France chez Vertige Graphic ou Rackham. « Le ton, le tempo sont journalistiques note Saint-Exupéry. Longtemps les dessinateurs ont travaillé en solitaire. Désormais, le contact se fait avec d’autres univers. Pour la BD reportage, on est passé de l’expérimentation à l’émergence d’un vrai genre. »

Guy Delcourt, éditeur de Guy Delisle (Chroniques birmanes, après Shenzhen à l’Association) et Jean-Philippe Stassen (Pawa), prévoient pour le festival d’Angoulême un Tour du monde en bande dessinée, réunissant douze auteurs pour retranscrire une réalité puisée dans autant de pays. « La BD n’est pas seulement faite d’histoire de cow-boys et de cosmonautes. Les auteurs aiment à traiter du monde qui les entoure. » Et quand la virtuosité du dessinateur se double d’un regard de reporter, les lecteurs se laissent transporter : environ 50 000 exemplaires vendus pour les Chroniques birmanes…

Anne Kerloc’h

Du 6 au 11 octobre, à Bayeux, des débats et animation entourent la remise du prix du correspondant de guerre. Renseignements ici.

La chronique d'Anne Kerloc'h: Bas les masques?

Internet est bon pour la peau. Il nous apprend à aimer le pore au naturel et le corps habituel, celui qui affiche souvent des vaguelettes d’embonpoint et des teintes vieillissantes. Selon l’étude NOTA de Médiamétrie*, il a même influencé la télé, qui nous aime plus moches, donc plus vrais. Grâce à l’internaute qui met sur YouTube des vidéos de son nombril démaquillé et habillé casual, certaines émissions de télé se sentiraient « décomplexées ». Elles laissent tomber les filtres, les lumières trop arrangeantes. C’est la révolution de l’imperfection. Un jour viendra, peut-être, où les brushings unisexes des soaps feront moins les malins quand ils se prendront une pelade en plein sur le front. Cette saison télévisuelle aura l’œil chassieux et le cheveu pas net. Les Britanniques sont même partis littéralement à la recherche du corps moyen, avec le magazine « The Great British Body ». Durant toute l’émission, on montre ses cicatrices et ses doutes, on se met à l’air, et, on espère, à l’aise. En attendant, au JT, on n’a encore jamais vu quelqu’un briller du nez…

Retrouvez toutes les chroniques d'Anne Kerloc'h en cliquant ici.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu