Avertir le modérateur

12/03/2009

Super Climber, une voiture à plafond la caisse

 

02022009220.jpg

 

Les mini-hélicoptères avaient révolutionné la vie de bureau en ouvrant au collègue déconneur tout un horizon de possibilités. La Super Climber, une petite voiture radiocommandée qui grimpe au mur grâce à l’effet d’aspiration, pousse le concept encore plus loin. A vous les longues chevauchées sur le plafond de votre open space, le tout dans un bruit démoniaque.

La nôtre a fini tragiquement à la poubelle après quinze minutes de test, la faute à une grave erreur de pilotage. Mais de l’avis de nos collègues, son pouvoir de nuisance, notamment sonore, était maximal. Le tout pour un coût modeste (30 € sur allodigital.com). A essayer avant que la crise ne vous mette au chômage.

 

Laurent Bainier

Casquons nous dans les bois

Amateurs de deux-roues, ce comparatif est pour vous. Pour briller sur le macadam, rien de tel qu’un casque nouvelle génération. Bien résolu à ne plus laisser son vilain champignon noir dans le coffre de son scooter, le motard fashion a décidé de convertir cet appendice sécuritaire en objet tendance.

1303-MAG-shopCONCORDE.jpgRuby :

Créé en 2004 par Jérôme Coste, fan absolu de motocross qui totalise six traumatismes crâniens, Ruby est aux casques ce que Chanel est à la mode : un must incontournable. Construits en fibre de carbone, « Pavillon », le modèle phare de la marque est aussi résistant que léger. Son épine dorsale est inspirée par les heaumes des chevaliers, les joncs qui borde la périphérie de la bête sont chromés et l’intérieur est tapissée de cuir d’agneau nappa. Cette débauche de luxe a un prix : compter 600 euros le casque. Et pour ceux qui en réclament toujours plus, l’atelier Ruby est une boutique en ligne qui permet de customiser à loisir l’objet de vos rêves.
www.ateliersruby.com






1303-MAG-CASQUE.jpgUnusual Riders :

Vous avez tendance à rouler à gauche ? Craquez pour le « British Flag » et son design très pop. Votre idole s’appelle Barack Obama ? Foncez sur la version américaine. Quant aux accros de la squadra azura, ils sauteront sur le casque aux couleurs du drapeau italien. Unusual Riders, c’est un peu la Google Map du motard. Pour 200 euros, cette marque américaine qui fabrique ses produits en Chine vous permettra de flamber aux feux rouges. Les fashion-victim ont même la possibilité d’assortir leur casque fétiche avec une collection complète d’accessoires. Seul avertissement, renseignez vous bien avant de sortir la carte bancaire, certains modèles n’ont pas reçu l’homologation française.
www.unusualrider.com




1303-MAG-shopsharkShaman.jpgShark :

Jusqu’ici Shark était destinée aux beaufs fan de tuning qui embêtaient tout le voisinage avec leurs boosters ultra-vitaminés. Leader sur le marché hexagonal, cette marque grand publique est bien décidée à croquer les branchés. En s’associant avec l’agence de graphisme AKA A Design qui collabore régulièrement avec IAM, Shark sort le « Shaman », un très beau casque blanc recouvert de petits graffs funky. Une édition limitée à seulement 2 000 exemplaires dans le monde (dont 1 000 destinés à la France). Vendu au prix de 209 euros, le « Shaman » s’adresse aux urbains qui ont toujours un marker dans la poche. Solide comme un roc, ce casque en polycarbonate injecté a tout pour conquérir les hipsters.
www.shark-helmets.com

 

Cédric Couvez

05/03/2009

Hot Doll pour les chiens chauds

0603-MAG-cocker.jpgInterview de Clément Eloy, inventeur du « Hot Doll »

Quel est le concept de « Hot Doll » ?
« Hot Doll » est le premier sextoy… pour chien ! C’est en observant mon chien qui se frottait sans cesse sur ma jambe ou sur des coussins que j’ai eu l’idée de réaliser un objet qui permettrait de le soulager tout en restant très esthétique dans mon intérieur.

Comment s’est déroulée l’élaboration de ce produit ?
Mon agence de design, Feel Addicted, a lancé ce projet en avril 2007. Après les premiers dessins, nous avons réalisé un prototype puis consultés de nombreux vétérinaires pour affiner au mieux l’ergonomie. Il fallait surtout éviter que le chien se bloque le sexe dedans après l’action qui dure en moyenne une quinzaine de minutes…

Quelles sont les premières réactions des toutous qui ont testé l’objet ?
Tout d’abord, ils sont attirés par les couleurs flashy. Puis ils commencent tous pas le renifler. Il est important de noter que le « Hot Doll » n’a pas d’odeur… Le but n’est pas d’exciter le chien mais de lui permettre de trouver un exutoire lorsqu’il en a besoin. Enfin, pour une bonne utilisation, il est important que le maître apprenne à sa bête à aller dessus. C’est une habitude à prendre.

A quelle race de chien s’adresse ce sextoy ?
Hot Doll va être décliné en trois versions qui s’adapteront à la taille du chien. Du Yorkshire au Doberman. La première qui sortira sera destinée aux chiens d’une taille de 20 à 45 centimètres au garrot.

Quand sera commercialisé le « Hot Doll » et à quel prix ?
Nous lancerons officiellement ce sextoy en mai prochain. Il sera vendu dans un premier temps sur notre site internet, www.hotdoll.fr , puis dans un réseau de distribution plutôt branché design et bien être pour chien. Notre cible n’est pas l’animalerie classique. Concernant le prix, nous ne pouvons rien dire pour le moment car nous sommes encore en période de tests marketing.

Pensez-vous adapter cet objet à d’autres animaux ?
Après en avoir longtemps discuté avec certains vétérinaires, il semble que l’adaptation du « Hot Doll » à d’autres animaux n’est pas forcément évidente. Les chats par exemple n’ont pas les mêmes processus d’accouplements et le « Hot Doll » ne serait pas donc pas la meilleure solution pour canaliser leurs besoins.

Cédric Couvez

25/02/2009

Il y a que Mills qui m'aille

mike_Mills_220244c.jpg
Le prêt à porter ne se lasse plus des collaborations avec des artistes pour dynamiser leur image. Ce mois-ci c’est Mike Mills qui est à l’honneur chez Gap. En signant une mini collection de plusieurs tee-shirts graphiques en coton et d’accessoires imprimés, l’artiste aux multiples casquettes excelle une fois de plus en matière de création. Mais qui est Mister Mills?

Mike Mills
À la fois artiste graphiste et cinéaste, on  définit volontiers Mike Mills comme touche à tout et brillant dans ce qu’il entreprend, d’où sonparcours artistique étonnant. D’abord réalisateur de clips vidéo et publicités (Nike et Levis), il réalise aussi les pochettes d’albums de groupes comme Les Beastie Boys, Moby, Air ou encore Sonic youth. À l’écran, il réalise le film « Thumbsucker » en 2005, plusieurs documentaires et courts-métrages, et travaille sur les clips des artistes Moby, Yoko Ono, Jon Spencer Blues Explosion et Cibo Matto. De son premier amour, le ride, naîtra une série de planches pour Supreme, Stereo et Subliminal. Il se lance aussi dans la mode, en déclinant ses idées grunge chez Marc Jacobs et X-girls, puis en créant sa propre ligne de tee-shirts graphiques, Humans.

On le retrouve en ce moment donc chez Gap, avec une collection qui lui colle complètement à la peau, urbaine et colorée.

Ses clips



 


Thumbsucker


Sophie Colombani

24/02/2009

Courses de nuit : notre comparatif

Envie de Curly mais plus rien dans le placard ? Il va falloir sortir faire ses courses, mais où ? La mode est aux Mini-market, Convenience-store ou autres dérivés des Konbinis japonais (superettes ouvertes la nuit proposant des services pratiques) Reste à choisir où l’on va et à quel prix.
>>>On a testé pour vous les quatre bouées de sauvetage de vos nuits, les plus et les moins.

Daily’Monop
Très branché, très bio et surtout très cher, le Daily Monop’ petit dernier de Monoprix est ouvert jusqu’à minuit et propose une épicerie de qualité dans une ambiance punchy. Le jeune urbain est chez lui dans cet espace de consommation réputé plus cher que les autres enseignes mais souvent moins que les épiceries. Une ambiance rose et colorée, des produits inédits, et même des coins pique-nique pour consommer directement dans le magasin son sandwich à 6€ et son verre de vin operculé.

daily_180-48f37.jpg

 

 

 


Station-service
Tous les jeunes éloignés des grandes villes vous le diront, la station-service est un endroit capital dans le domaine du dépannage. Rares sont les petites villes possédant un épicier de nuit, et encore plus rare un tabac de nuit. D’où l’engouement des jeunes pour acheter leurs cigarettes dans les stations-service, ouvertes toute la nuit pour certaines, plutôt tard pour d’autres, le côté moins attractif de la chose reste quand même le lieu, on a connu plus beau et plus facile d’accès que la Nationale 20.

station-service.jpg

 

 

 


L’épicier du coin
L’épicier de quartier fait office de figure de proue dans nombre de nos quartiers. À la fois commerçant, psy, et ami ce sympathique commerçant est ouvert tard la nuit, il vend toutes sortes de choses et nous fait volontiers crédit sur un steak haché si on le connaît un peu. Le petit bémol de ce commerce reste quand même les prix, 2€30 la bouteille de Coca contre 1€36 chez Daily Monop’.


epicerie_de_nuit_184.jpg

 

 

 

 

Chez Jean                                                                      
Casino et Relay se sont associés pour donner naissance à un nouveau genre de commerce de proximité, Chez Jean. Ouvert de 7h00 à 23h00, ce commerce propose une multitude de produits et  services, restaurant, boulangerie, presse, fleurs, traiteur, borne pour recharger un portable,  accès wi-fi et même un distributeur automatique de billets.
Les prix sont alignés sur ceux des épiceries du coin et les formules adaptées aux citadins pressés, par exemple la formule “Chaud les news“ avec au menu un quotidien et café à volonté pour 2€ .

DSC00956.JPG

 

 

 

Sophie Colombani

19/02/2009

La crème des deutsch marques


Envie d’une virée shopping entre deux afters ?
Pour vous aiguiller dans les entrailles tentaculaires de la ville, on est parti à la recherche du must de l’artisanat 100 % berlinois. Top 3 des échoppes les plus surprenantes de Berlin .2002-MAG-P15-shopping-mykita.jpg

Mykita Ouvrez l’œil et le bon, vous êtes chez le meilleur opticien du monde ! La marque locale Mykita a un store qui lui ressemble : ultrachic. Confectionnés à la main dans une usine à deux pas, près de six cents modèles de lunettes (solaires ou correctives) sont disponibles dans cette boutique au design plus qu’épuré. Utilisant des techniques de pointe, les paires Mykita sont aussi légères que stylées. Solides comme un roc, les montures sont fabriquées sans aucune visse. Brad Pitt, Tom Cruise ou encore Bruce Willis sont des clients réguliers. Compter entre 200 et 400 € pour vous mettre ces binocles sur le nez.
Redspective Vingt ans après sa chute, le mur est encore dans toutes têtes et même dans certaines boutiques. Les nostalgiques de l’époque soviétique trouveront leur paradis chez Redspective, le concept-store le plus gaucho de Berlin. Prêt-à-porter équitable, accessoires vintage de l’époque rouge et œuvres d’art alternatives en provenance directe des pays d’Europe de l’Est abondent dans ce bel espace aux allures de loft, à quelques encablures seulement d’Alexanderplatz. Pour ne rien gâcher, une trentaine d’artistes de rue collaborent régulièrement aux collections propres de Redspective.
Haus Schwarzenberg Plus qu’un magasin, c’est un véritable complexe dédié à la contre-culture qui se cache dans cet immeuble aux allures de squat. Au troisième étage, vous êtes chez Stokx, un workshop très drôle de prêt-à-porter fait main. Au second, bienvenue dans la librairie alternative de Berlin. Et pour finir son shopping par un cocktail dans un décor baroque, rien ne vaut le bar qui se niche au rez-de-chaussée. Ambiance space garantie.

Zéro euro
Si la capitale allemande recèle des marques innovantes et des concept stores funky, l’ambiance économique n’est pas au beau fixe sur les bords de la Spree : « Ici, c’est facile de lancer son affaire car les loyers ne sont pas chers du tout. Le seul problème, c’est que les clients n’ont pas d’argent pour acheter », lance Melinda Stokx, de l’atelier Haus Schwarzenberg, un poil désabusée. Une équation que le maire de Berlin semble avoir l’habitude de résumer : « Ma ville est pauvre… mais sexy ! »

Cédric Couvez

12/02/2009

Déco Kama Sutra

La déco sexy, vous connaissez ? Un papier peint aux motifs érotiques noir ou rouge passion, du linge de lit suggestif, ou encore des coussins roses aux dessins clairement évocateurs pour celles qui osent annoncer la couleur… Il n’y a pas de mal à s’aider ainsi de quelques accessoires ! Pas question de virer dans le porno pour autant : on peut même rester très BCBG et revisiter ses classiques. Ainsi, en se promenant dans le musée de la toile de Jouy de Jouy en Josas (78) ¬–on a connu plus sexy !- la styliste Pascale Risbourg, 45 ans, a eu une idée sacrément coquine : réaliser à partir de ces toiles imprimées anciennes, très en vogue au XIXe siècle, une gamme déco inspirée du Kama Sutra. Hop, on se lâche ! Au lieu des traditionnelles scènes à personnages monochromes ou motifs floraux polychromes, elle a choisi trois scènes plutôt… réussies. D’où la naissance d’une ligne de linge de maison « toile de Jouï ». « Il a fallu faire un choix parmi les 64 positions du Kama Sutra », raconte Christian Giraudo, le compagnon de Pascale Risbourg dans la vie, et co-fondateur du studio de création K-Lou Design (www.k-loudesign.com). Perfectionniste, le couple a bien évidemment testé en avant-première la housse de couette. Résultat : depuis un an et demi, ils ont produit pleins de bébés. Des bracelets en satin « je voeux » sur lesquels est imprimé un message pour réaliser tous ses souhaits, des sacs à main en cuir brodé « little sweet bag », et bientôt une collection de charmants cabas en toile enduite pour faire des envieux sur la plage. La Toile de Jouï, on dit encore !

Alexia Guggémos1302-MAG-SHOP-coussin.jpg

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu