Avertir le modérateur

15/10/2009

Les mâles peuvent aller se faire tailler les sourcils

1610-MAG-EPILATION2.jpg

L’épilation du sourcil chez les les hommes n’est plus réservée qu’aux freaks. Si Djibril Cissé ou encore M. Pokora ont défriché le dernier bastion inattaqué par les métrosexuels, la pratique se répand comme une traînée de poudre chez le commun des mortels.

« On ne fait pas d’accent circonflexe »
« Notre clientèle reste composée de 90 % de femmes mais les messieurs n’ont plus peur de s’y mettre. Beaucoup y viennent pour être beaux sur leurs photos de mariage et la clientèle gay a toujours été prescriptrice en la matière. L’épilation masculine se doit d’être discrète et naturelle, on ne fait pas d’accent circonflexe comme pour les femmes », assure Vanessa, jolie esthéticienne qui officie au Bar à sourcils Benefit chez Sephora. Après avoir pris mon courage à deux mains, dis adieu à ma coupe façon Emmanuel Chain et réglé les 21 € forfaitaires, je m’assois sur un tabouret en plein milieu du supermarché de la beauté et signe une décharge qui m’engage à ne pas porter plainte en cas de réaction allergique. C’est parti pour 15 minutes d’inédit. Prévenante, Vanessa me détaille pas à pas chacune de ses actions : « Je vais vous mettre une bandelette de cire en haut et une autre en bas du sourcil, ça risque de faire un peu mal mais c’est supportable. » Un peu mal ? Sans être chochotte, je douille sévère et verse même ma petite larme. « C’est tout à fait normal, certains éternuent même !», confesse Vanessa. L‘esthéticienne finit de m’achever avec sa pince à épiler. Un quart d’heure plus tard, mon « calvaire » s’achève sous les yeux amusés des passants. Le sourcil élagué, Vanessa m’applique une crème à l’Aloé vera pour éviter les boutons puis un correcteur de teint pour masquer mes petites rougeurs. Avoir un regard de tueur, c’est de la balle.

Cédric Couvez

Starclash : Sébastien Tellier vs. Sébastien Chabal

starclashpoil.jpg

Tellier et Chabal ne partage pas seulement leur prénom. Chevelus, barbus et poilus, le musicien et le joueur de rugby ont remis à la mode le look über-sexuel. Une aubaine pour noter numéro spécial "poil". Lequel des deux préférez vous ? C’est à vous de nous le dire dans les commentaires.

Sébastien Tellier

Son book
En 2001, Sébastien Tellier sort son premier album, L’incroyable vérité, chez Record Makers, le label fondé par Air. Très vite, l’artiste devient le chouchou de la hype mais peine à séduire le grand public. Après avoir signé la bande originale du film Narco, Tellier s’attèle à l’écriture de son deuxième opus en 2004. Il en sortira la magnifique La Ritournelle, superbe envolée au piano devenue culte. Début 2009, Sébastien passe un cap avec Sexuality et représente la France à l’Eurovision en mai dernier. Il échoue à la 19ème place mais devient une star pour la ménagère de moins de cinquante ans sa perdre sa street-cred au Baron.

Son look
Tellier incarne à merveille le look über-sexuel. Toujours tiré à quatre épingles dans des costards de grandes marques, Sébastien aime jouer avec son image de grand dégingandé. Il n’hésite pas à donner les ingrédients de sa recette miracle : « La barbe, pour le côté mystérieux, les cheveux longs pour le côté féminin, les lunettes noires pour le côté sophistiqué. »

Sébastien Chabal

Son book
Né en 1977 dans la Drôme, Sébastien Chabal se frotte une première fois au rugby à l’âge de 9 ans. L’expérience ne durera que deux mois. Il y reviendra sept ans plus tard alors qu’il a quitté ses études pour devenir tourneur-fraiseur. En 1998, Chabal rejoint le club de Bourgoin où il joue au poste de troisième ligne. Le joueur brille et se fait débauché en 2004 par les Sale Sharks, un club british situé dans la banlieue de Manchester. Devenu le Zizou de l’équipe de France en 2007, Sébastien devient l’un des sportifs les plus populaires dans l’hexagone. En avril dernier, la star officialise son retour en France en signant avec le Racing Métro 92.

Son look
Surnommé « Caveman » (l’homme des cavernes) par la presse britannique, Chabal aime expliquer son look par une belle anecdote : « Lorsque je suis arrivé à Sale, je parlais peu anglais, je n'étais pas à l'aise pour aller chez le coiffeur… Comme en plus je n'avais pas le courage de me raser le matin… Voilà, mon look n'est pas du tout un calcul, c'est venu comme ça .»

Cédric Couvez

08/10/2009

Le bio et l’éthique s’attaquent au chic

Rangez les vilaines espadrilles en bouses d’éléphants recyclées et les horribles pantalons en bâches de camion retraitées. La mode éthique et chic existe. Elle tenait même salon pour la sixième année consécutive à Paris le week-end dernier. Pour les 100 créateurs participant à l’Ethical Fashion Show 2009, le défi est de taille. Un sondage réalisé à la fin de l’année dernière par l’Institut français de la mode rapporte que 60 % des jeunes consommateurs « ne trouvent pas de vêtements éthiques à la mode ».

Qu’ils aillent donc faire un tour sur adaz.co.uk, le site d’Ada Zanditon. Considérée outre-Manche comme la nouvelle Vivienne Westwood, elle a remporté avec sa collection en lin naturel européen le prix de la créativité du Salon. Le popeux british Patrick Wolf n’a pas attendu le verdict du jury pour l’adouber créatrice branchée : il a confié à Zanditon la réalisation de tous ses costumes de scène pour sa dernière tournée.

Autre lauréat de cette édition 2009, Bibico qui vient également de Grande-Bretagne. Mais les influences de la créatrice de la marque, Nieves Ramos Ruiz, sont latines. Ses modèles en coton et en laine ne sont certes pas bio. Mais ils sont beaux. Et produits selon des critères éthiques. Suffisant pour obtenir le prix La Redoute et une mise en avant dans les pages du géant roubaisien de la vente par correspondance. Ethique, chic et cheap.

Laurent Bainier

Incrustez la fashion geek

Vous ne connaissez strictement personne dans la mode, mais rêvez de découvrir les coulisses de ce milieu ultra-fermé ? Rassurez-vous, le Web est là pour vous tenir au jus, même si votre ganache ne revient à aucun physionomiste digne de ce nom. Top 3 des sites qui vont vous rhabiller pour l’hiver.

Saywho.fr

Lancé par le touche-à-tout de la nuit, Rasmus Michau, au printemps dernier, ce site au design épuré s’est vite imposé comme le carnet de bal préféré des fashionistas qui aiment se voir en photo le lendemain de folles noubas. Tous les soirs, une escadrille de jeunes photographes talentueux comme Jean Picon, Sébastien Bardos ou encore Paul Blind sillonnent inlassablement toutes les after-party des grands couturiers.
Saywho.fr est devenu la nouvelle bible pour les amateurs de nightclubbing chic et choc.

Purple-diary.com

Véritable plongée dans les entrailles de la hype, le blog perso d’Olivier Zahm, big boss du magazine Purple, ressemble à une version en ligne de Glamorama, le best-seller de Bret Easton Ellis. Au menu, très peu de textes, mais de superbes photos où Zahm se met en scène avec le graffeur André, le photographe Terry Richardson ou encore l’acteur Jared Leto.

Thesartorialist.blogspot.com

Après avoir passé quinze ans à travailler dans la mode, le New Yorkais Scott Schuman a eu la bonne idée de  créer un blog pour y mettre des photos d’inconnus  lookés prises dans la rue. Depuis 2005 , celui qui a ouvert la voie à toute une génération de Facehunter a été classé par le Time Magazine comme l’une des 100 personnes les plus influentes de la fashion mondiale. W

Visitez les dessous chic de Moscou

Depuis la chute du bloc soviétique, Moscou s’est fait de superbes robes avec le rideau de fer. La capitale russe a troqué ses apparatchiks contre des fashionistas et les touristes n’ont pas perdu au change. Ses boutiques sont installées dans le Goum, en face de la muraille du Kremlin, dans l’une des plus célèbres galeries marchandes au monde. Desservie par l’une des plus belles stations du métro moscovite, Plochad Revolioutsi, elle est longue de plus de 2,5 km, sur trois niveaux.

0910-MAG-VODIANOVA.jpg



Construction supervisée par Lénine
Ce somptueux palais fut édifié au XIXe siècle dans le même style que le musée d’Histoire qui ferme la place Rouge au nord-ouest. En fait, c’est plus une compilation habile de plusieurs styles qu’une véritable création. En 1921, Lénine en personne y supervisa la création du premier grand magasin d’Etat d’Union soviétique. Dans les années 1950, c’est le lieu de pèlerinage des familles venues de tous les coins de l’Empire pour s’approvisionner en victuailles qu’on ne trouvait qu’à Moscou. Après avoir fait la queue au mausolée de Lénine, on se précipitait au Goum et si on se perdait, on se donnait rendez-vous près de la fontaine centrale. Paradoxe de l’histoire, le Goum est aujourd’hui un temple international de la consommation chic et chère. D’Armani à Vuitton, toutes les grandes marques occidentales y sont représentées. Les gourmets en profiteront pour passer au supermarché de produits fins le Gastronome, au rez-de-chaussée. Et si vous n’avez pas encore épuisé tous vos roubles, on vous conseille la rue Nikolskaya, dans le quartier de Kitaï Gorod, avec ses bijouteries et ses élégantes boutiques. Dans ce vieux quartier de la ville, l’art est à tous les coins de rue. Un bon alibi pour continuer à lécher les vitrines.

Le Guide du Routard

Hôtel Varchava Moderne

Bien tenu et de taille raisonnable pour Moscou. Chambres spacieuses à dominante bleue et de bon confort.
Petit déj’ buffet pris au 8e étage, dans une salle élégante.
Doubles env. 140 €, petit-déj compris. Leninski pr., 2. Métro Oktiabrskaya. Près du parc central Gorki
et du parc des Sculptures.
Tél. : 238-7701.

Yama-Pivnoï Traktir

Près des vieilles rues menant vers la place Rouge par le Goum. Dans une cave. De la viande surtout, sous toutes ses formes : saucisse bavaroise, canard à la tchèque, porc du chef… Grand choix de bières à bon prix et zakouskis pour les accompagner. Tlj, 12h-1h. Plats de 8,50 à 17 €. Novaya pl., 10. Métro Loubianka. Tél. : 797-3191.

Art Garbage-Zapasnik

Encore un endroit très couru, qui fait à la fois café, resto, bar à concerts et discothèque. Cadre très plaisant, avec la grande cour arborée entourée de demeures de caractère. Tlj, 12h-6h. Starosadski per., 5. Métro Kitaï-Gorod. Tél. : 628-8745.

A lire Guide du Routard Moscou, Saint-Pétersbourg 2009-2010.

Au Klay, garde-robe chic dans des vestiaires choc

Après l’effort le réconfort ! S’il faut souffrir pour avoir une chance d’être un jour taillée comme Elle McPherson, rien de tel qu’un bon cocktail, après le sauna et la douche, pour digérer une grosse séance d’entraînement. Mardi soir, entre deux défilés, toutes les fashionistas de la capitale s’étaient donné rendez-vous au Klay pour découvrir l’expo-photos « Freestyle Stylist » de Reebok et danser sur le mixe de Nadège Winter, couteau suisse de la hype et ex-femme de Pedro, le big boss du label Ed Banger. Le Klay ? Une galerie tendance, une nouvelle boîte branchée ou un hôtel design ? Que nenni ! Ouvert depuis le printemps dernier, cet établissement haut de gamme niché à deux pas de la rue Montorgueil est devenu le club de sport le plus fashion de Paris.


0910-MAG-KLAY.jpg

Avec son équipement au top de la technologie, sa piscine chic et sa déco directement inspirée des plus beaux lofts new-yorkais, le Klay s’est imposé comme le spot préféré des modeuses qui doivent prendre soin de leurs formes : « Nous avons beaucoup de mannequins qui viennent faire du sport mais aussi se détendre ici. Tout a commencé lorsqu’un copain, qui travaille à l’agence Elite, nous a envoyé ses modèles. Elles ont adoré, le buzz s’est lancé ! Résultat, quasiment toutes les agences recommandent notre club de sport », assure Arthur Benzaquen, le patron.

Bien décidé à bichonner ses belles plantes, ce dernier s’est associé aux restaurateurs de Drôle d’endroit pour une rencontre pour animer la partie bar-resto du lieu : « Au premier abord, cela peut paraître surprenant d’avoir une vue sur des bouteilles de champagne en entrant dans le lobby d’un club de sport, mais nos clientes mode ne sont pas des ascètes. Elles viennent aussi pour passer un agréable moment entre copines », renchérit Arthur. Toujours prompt à gâter leurs collègues, le comité d’entreprise de Louis Vuitton a fortement investi le spot. Les branchées, soucieuses de leur chevelure, pourront également connecter John Nollet, le coiffeur préféré des créateurs. Brûler des calories en si belle compagnie a un prix : 1 500 € l’abonnement annuel. Un investissement utile pour pouvoir à nouveau rentrer dans son 36.

Cédric Couvez

Trois conseils de champion pour une classe mannequin

C’est fâcheux, mais les agences de mannequin ont tendance à accorder de l’importance au physique des personnes qu’elles recrutent pour défiler. Alors, si vous avez les poignées assorties à votre gueule d’amour et que vous rêvez d’être la nouvelle Lara Stone, vous allez en suer. Le défi est de taille mannequin, nous avons donc demandé à un coach champion du monde trois astuces pour booster votre régime.

1. Plus c’est long, plus ça fond
« Pour travailler la masse graisseuse, il faut des séances d’effort longues et régulières », explique Pascal Lafleur, champion du monde de kickboxing (1997-1998)*. Trente minutes (voire cinquante) d’effort trois à cinq fois par semaine sont nécessaires pour donner de vrais résultats. « Soignez votre apport en oxygène. L’idéal est de pouvoir parler pendant qu’on fait ses exercices. » Et ça évite de s’ennuyer. « Il faut combattre la routine pour garder la motivation : faites du sport à deux, ou en musique. C’est plus encourageant. »

2. Opération pain contre biscottes
Le soda light, c’est une vue de l’esprit. « On oublie l’alcool et les boissons gazeuses. Et on boit de l’eau avec du jus de citron », estime le coach. L’hydratation, c’est la base mais on ne l’obtient pas qu’en tétant de la Volvic. Cherchez l’eau dans les fruits et les légumes, et même chez votre boulanger. « Préférez le pain aux biscottes, beaucoup trop sèches. »

3. Souriez, éliminez
« La clé d’un régime, c’est la motivation, rappelle Pascal Lafleur. Avoir un bon mental, c’est accomplir 80 % du travail de perte de poids. » Et pour garder la frite, vous pouvez à l’occasion en manger « Une fois tous les quinze jours, si vous avez respecté vos objectifs, il faut vous récompenser. Offrez-vous une glace ou une pâtisserie, faites-vous plaisir et gardez le sourire. » Si avec tout ça vous n’obtenez pas la taille mannequin, vous aurez au moins trouvé l’énergie pour vous inventer une autre carrière.
* 10, rue Saint-Claude, Paris 3e.

Laurent Bainier

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu