Avertir le modérateur

11/02/2010

Laisse les gondoles à Venise et pars à Giudecca

 

1202-MAG-WEE-VENISE.jpgSûr de votre romantisme inné, vous avez invité Mademoiselle à un week-end de Saint-Valentin à Venise. C’est quand elle a ouvert l’enveloppe cadeau et vous a regardé en surjouant un peu l’étonnement que vous avez mesuré l’étendue de votre boulette. Venise, les gondoles, l’amour : d’autres y ont pensé avant vous. Heureusement, nous sommes là pour vous sortir des canaux battus. A seulement quelques minutes de l’agitation de la place Saint-Marc, on vous emmène en un petit saut de vaporetto découvrir la Guidecca. Cette île tranquille de 300 mètres de large, presque campagnarde, se compose de huit îlots séparés par des canaux un peu plus larges qu’ailleurs.

Elle donne d’un côté sur le sestiere du Dorsoduro, l’un des quartiers les plus agréables de Venise, et de l’autre sur la lagune. Les façades qui bordent le canal della Giudecca sont certainement moins prestigieuses que celles qui se dressent fièrement le long des Zattere du Dorsoduro. Mais les vieilles maisons où habitent les pêcheurs et les ouvriers jouxtent quelques demeures somptueuses. En passant, arrêtez-vous pour visiter la chiesa del Redentore, une église édifiée par Palladio après la peste qui ravagea la cité à la fin du XVIe siècle. Si elle est ouverte, n’hésitez pas à jeter un œil à la sacristie : un vrai petit bijou ! Sur quelques mètres carrés sont réunis des tableaux de Véronèse, Vivarini, Palma le Jeune, Bassano... Faites aussi un petit détour 1202-MAG-WEE-GIUDECCA.jpgpar les chantiers navals où les bateaux à moteur côtoient les barges et les gondoles en attendant d’être réparés.

Canal historique

Mais la Giudecca ce sont aussi des bâtiments industriels datant du XIXe siècle qui donnent sur de petits jardins privés et sur des potagers. Aujourd’hui, ces usines désaffectées retrouvent un second souffle avec l’installation de petites start-up. Rassurez vous, ces nouveaux aménagements n’ont pas entamé la sérénité de l’île qu’appréciaient déjà en leur temps de grands noms comme Michel-Ange ou Musset. Allez-y pour une balade paisible le long de ses quais, qui offrent une vue superbe sur Venise et sur l’entrée du Grand Canal, comme celle dont profitaient autrefois les voyageurs arrivant de la mer. Vous y puiserez peut-être l’inspiration nécessaire pour une Saint-Valentin 2011 plus originale.

 



La rédaction du Routard

al Redentore. Adresse simple et bien tenue, ouverte sur le quai, avec vue sur Santa Maria della Salute et la place Saint-Marc en face. Pour les babines, une cuisine variée, bien vénitienne. Bar attenant, investi par des fidèles du quartier. En face de l’arrêt Redentore. Tous les jours sauf mercredi. Carte 25-30 €. Fondamenta San Giácomo. Tél : 041-520-60-96.

Mistra Au 1er étage d’un entrepôt, dominant le petit port au sud de la Giudecca. Une fois grimpé par la passerelle extérieure en fer, on pénètre dans une grande salle lumineuse avec de beaux volumes. Le midi, surtout fréquenté par les ouvriers des chantiers et propose des plats simples et économiques. Le soir, pour les Vénitiens et les touristes, la carte offre plus de choix et une cuisine plus raffinée orientée vers la mer. De 9 h 30 à 1 h 30, fermé lundi soir et mardi. Service 12 h-14 h, 19 h 30-22 h 30. Plats du jour ou carte 40 €.

Fondamenta San Giacomo, Giudecca, 212 A. Tél : 041-522-07-43.

Hotel Cipriani Un des hôtels les plus luxueux de Venise. A défaut d’y dormir, vous pouvez toujours aller y prendre un verre. Si vous êtes malin, essayez de prendre le bateau réservé aux clients de l’hôtel pour faire une arrivée remarquée à Saint-Marc ! Vaporetti numéros 2, 41 ou 42, arrêt Zitelle.

A lire : guide du Routard « Venise 2010 ».

 

 

 

 

 

 

Papeterie à moitié dans ton lit

Si vous êtes célibataire et que la perspective de passer la Saint-Valentin à regarder Capital ne vous emballe pas : il vous faut un rancard. Comme chacun sait, la prise de contact doit faire mouche. Effet garanti aussi bien en boîte, au resto ou à la cantine, avec des napperons à remplir puis à faire passer. Si elle ne rappelle pas, ce n’est pas grave, ils sont vendus par 12.

napperon.jpg



Toujours pour les adeptes de la cocherie, mais destinés à un couple qui en est au moins au deuxième rendez-vous, les post-it « colle décolle et recolle ton couple ». Ils vous seront d’une grande utilité pour vous départager les tâches ménagères, pour vaincre la routine, vous excuser après une dispute, mais surtout vous dire je t’aime avec humour.

extrait2_big.jpg



Et si on ne cochait pas une case mais une zone ? « Les petits bonbons » proposent un stylo-tampon à l’encore corporelle délicieusement parfumée à la fraise. Il est doté d’un côté pour faire une croix, et d’un autre pour indiquer le chemin à emprunter.

 

440-684-large.jpg



Si tout cela plaît à votre Valentin, il vous donnera un bon point. Lorsque vous en avez cumulé dix, vous lui donnez un gage…

bons_point_d_amour.jpg

 

 

 

 

Hermine Prunier

Starclash : Gunther Love Vs. Courtney Love

S. POUZET-MCMULLAN CO _ SIPA- LOVE.jpg

 

Ils ont tous les deux un nom romantique à souhait, une biographie qui fait rêver et une vie amoureuse hors du commun. Selon vous qui est le plus lover des deux ? Dites-le nous dans les commentaires ci-dessous.



Premier Baiser
Si aucun lien de parenté apparent ne les unis, Gunther Love est né le même jour que Jésus Christ, le 25 décembre 1981, à Mons en Belgique. Abandonné par ses parents, le jeune loup trouve refuge chez les moines dans l’Abbaye de Chimay. Il cultive alors un goût immodéré pour la bière et les parties de belotte endiablées entre deux séances de prière. A 18 ans, il fuit son pays pour des raisons politiques et s’installe à Paris pour suivre une formation de brasseur.

Le Miel et les abeilles
Doté d’une confiance en lui proche du néant, Gunther s’encanaille vite dans les quartiers chauds de la capitale française. Il est déniaisé à 19 ans par une professionnelle qui lui fait découvrir les plaisirs de la chair. Devenu champion du monde d'Air Guitar, Gunther réussit enfin à pécho : « Du gros, du lourd, environ 120 kilos par soir » se vante-t-il souvent. Son terrain de chasse préféré est le Scopitone, la boîte rock proche de Palais Royal : « C’est le plus grand vivier de l’hexagone ! ».

 

 

Premier Baiser
Née à San Francisco en 1964, Courtney Love passe son enfance dans l’Oregon choyée par des parents hippies. C’est donc tout naturellement qu’elle noie son ennuie dans la musique en dévorant des vinyles de punk et de new wave. Les années 1980 marquent son entrée dans le showbiz. Elle fait une brève apparition dans le groupe rock Faith No More avant de monter ses projets perso. En 1992, Hole, son girls-band grunge signe un disque d’or. Elle continuera à s’illustrer au cinéma dans des productions indépendantes.

Le Miel et les abeilles
Si Courtney Love est devenue une star, c’est grâce à son défunt mari, Kurt Cobain qu’elle a épousé en 1992. Le couple diabolique a défrayé la chronique au début des années 1990. Entre grossesse sous héroïne et bagarres sous les flashs des photographes, Courtney et Kurt n’ont pas ménagé leurs efforts pour faire frémir la presse tabloïd. Depuis la mort du guitariste de Seattle, Courtney s’est entiché de Billy Corgan, le leader des Smashing Pumpkins et de plusieurs rockeurs au cœur tendre.

 

 

Cédric Couvez

05/02/2010

Antisocial a le sang chaud



0502-MAG-P22-Leadguide.jpg


Né sur les cendres du Triptyque, le Social Club a accouché d’une des soirées les plus marrantes de la capitale : l’Antisocial. Rien que le nom de la nouba donne le ton de l’ambiance. Chaque mercredi, dès 23 h, on est là pour se fendre la gueule, prendre des bouches et mettre à l’amende son déodorant sur la piste de danse. Car question électro-pop-rock, Edouard Rostand, l’instigateur d’Antisocial, a une idée bien précise de ce qu’il veut offrir à ses clients : « On programme ce qu’on aime, on invite les gangs créatifs qu’on adore. Depuis un an et demi, Antisocial a trouvé une place particulière dans les nuits moribondes parisiennes. Question clientèle, le grand écart est également permis. « Comme on ne fait pas de marketing, on y croise aussi bien des Suédoises en voyage linguistique à Paris, du kid post-bac qui a décidé de repiquer sa premère année d’école de dessin ou des vieux roublards de maison de disques qui viennent repérer un petit groupe et leurs copains. » Si la foule reste jeune et jolie, les débordements ne manquent pas : « On a connu une véritable émeute lorsque les MGMT ont fait un DJ-set avec leur iPod, une autre avec les Naive New Beaters. Et Edouard Rostand d’ajouter : « Parfois le lieu trinque encore plus que les clubbeurs et le Social Club devient une patinoire ou un sauna. Quand Vitalic ou les 2ManyDJs débarquent, c’est juste un grand n’importe quoi et le plafond suinte. »

Un cocktail détonant que l’équipe du cahier 2.0 a l’immense plaisir de vous faire partager mercredi prochain. Le line-up est aussi pointu que tranchant : Punks Jump Up, les deux British qui montent en tête d’affiche, Digikid84, le prodige de YounGunz, le nouveau label parisien qui buzze et l’équipe du 2.0. Si l’entrée est gratuite, le physio aime faire entrer des « partyanimals » rigolos. Donc lookez vous à gogo, ramenez votre banane et vos plus beaux ami(e)s. On sera là pour les pécho.

 

Cliquez ICI pour rsvp à l'évènement ! ou si vous préfèrez !

 

 

 

 

Cédric Couvez

 

 


« L’électro est anti-sociale et sociale »

DJ’s, remixeurs et producteurs, David et Joe, a.k.a Punks Jump Up, sont les nouvelles idoles de l’électro. Noisy mais toujours dansante, leur musique les rapproche de Tiga ou d’Erol Alkan.

0502-MAG-P20-Culture-Lead.jpgD’où vient votre notre nom ? Punks Jump Up, c’est assez cocasse pour un duo électro...
Lorsque l’on a commencé à mixer à Londres il y a six ans, nous n’avions pas encore trouvé le bon sobriquet. Un soir, on a joué « Punks Jump Up », un vieux titre hip-hop. Comme on mixait un peu de tout à l’époque, on a trouvé que ce titre résumait bien notre état d’esprit.

Y a-t-il pour vous des similitudes entre la musique punk et l’électro ?

Evidemment ! Comme le punk à l’époque, l’électro est facile à produire maintenant grâce aux ordinateurs. Le résultat recherché reste le même : de l’énergie et du bruit, le tout avec la plus grande simplicité, pour garantir l’efficacité.

L’électro est-elle une musique sociale ou anti-sociale ?

Paradoxalement, les deux. Tout comme le punk, l’électro reste une musique alternative faite dans un esprit contestataire. Et s’il vrai que l’on danse généralement seul lors d’un set électro, on assiste très souvent à des stage-diving et à des pogos... Donc, finalement, ça reste aussi social.

L’électro est très touchée par le piratage sur la Toile, est-ce un problème pour vous ?

Le vrai truc, c’est que l’on ne peut plus faire machine arrière maintenant. C’est donc aux artistes de tourner ça à leur avantage en faisant circuler la musique sur les blogs et en gagnant notre pain lors des lives et des DJ-sets.

 

 

Les Punks Jump Up seront à l’affiche du Social club,
mercredi 10 février,
à Paris (voir guide page 22).


http://www.myspace.com/punksjumpup

 



 


 



recueilli par Cédric Couvez

ANTi-asocial

une soirée bargaming, la sortie obligée

0502-MAG-JEU-BAR GAMING fouter vodka et marque.jpg Qu’est-ce qui pousse un geek à sortir de chez lui ? La junk-food ? L’achat d’un smartphone ? La recherche d’un partenaire sexuel ? Un peu tout ça, oui, mais pas seulement. Dans le roman Jpod de Douglas Coupland (voir notre édition d’hier) énumère ainsi les qualités des employés d’un studio de création de jeux vidéo, ces « gens légèrement autistes » : « des aptitudes sociales médiocres, capacité d’être obsédé par n’importe quoi de numérique ou de répétitif, tenues bizarres, paranoïa et sentiment d’être sans cesse jugés et évalués. » Pourtant, malgré les apparences, le geek est une espèce très enjouée, qui a besoin de grand air pour s’épanouir et d’interactions IRL (In real life) avec la société humaine.

« Centaine de personnes »

Ainsi, une poignée de gamers, rassemblés autour d’un blog – viedegeek.fr – et d’un homme – Pras –, ont relevé le défi suivant : rassembler, dans des bars, des personnes autour des jeux vidéo en lançant un nouveau concept : le bargaming. Le premier événement du genre est lancé le 20 avril 2009 dans un bar parisien. Ils apportent leur propre matos, leurs consoles et leurs téléviseurs. Sandrine, 28 ans, une des organisatrices se rappelle : « La soirée avait été lancée un peu à l’arrache et plus d’une centaine de personnes ont répondu présent. C’était une très bonne surprise.. » Ce succès s’est confirmé depuis avec la dernière édition, toujours dans la capitale : le 15 décembre, ce sont plus de 250 participants qui s’étaient retrouvés une manette dans une main, un verre dans l’autre.

« Singstar», « Street Fighter »...

« Maintenant, on est une équipe de sept organisateurs et une vingtaine d’animateurs chargés de mettre l’ambiance, raconte Pras, 27 ans. De toute façon, même si personne n’est forcé de jouer, les gens sont obligés de se parler : on organise des concours et une tombola pour faire gagner des goodies. C’est aussi un moyen de rentrer dans nos frais. » Faut bien payer la déco.

Parmi les jeux à dispo : « Street Fighter 4 », « Singstar », « Guitar Hero », « Mario Kart », mais aussi du rétro (Le fameux « GoldenEye » sur la Nintendo 64…)…. et aussi des jeux de plateau : « Puissance 4 » , « Master Mind », « Jungle Speed »…

Si l’entrée du Bargaming est gratuite, il faut néanmoins s’inscrire sur le site Internet de Bargaming pour figurer sur la précieuse guest-list. La cinquième édition aura lieu début avril à Paris dans un lieu date encore indéterminée. Checkez leur Twitter.

 

Joël Métreau

------------------------

Seul ensemble

256 joueurs sur un champ de bataille

0502-MAG-MAG.jpg Plus on est nombreux, meilleur c’est, nan ? En exclusivité sur la PS3 de Sony, voici un jeu de tir à la première personnes (First Person Shooter) qui gonfle ses muscles. Il peut en effet accueillir – sans latence – jusqu’à 256 joueurs en ligne dans une même partie, sur un même champ de bataille. Et inutile de chercher un mode solo, il n’y en a pas. C’est du multijoueur pur et dur, et rien que ça. Moins spectaculaire qu’un « Modern Warfare » ou nerveux qu’un « Battlefield : Bad Company », « MAG » propose néanmoins où faire fonctionner sa cervelle. Des joueurs émérites sont désignés chefs pour conduire leurs escouades de huit hommes à la victoire. Et plus on colle au train de son chef, plus on gagne des points. Un peu de discipline, gamin !

J. M.


------------------------

Partie de chasse


Coopération monstre

Les asocials n’ont plus qu’à se faire violence ou tous petits. Car la coopération, tendance lourde du jeu vidéo, rend indispensable la communication. On ne s’affronte plus, on se cajole, on se rend service. Exemple : « Monster Hunter 3 » qui arrive en France en avril sur Wii, après s’être écoulé à plus d’un million d’exemplaires au Japon. Parmi ses particularités, il permet d’aller à la chasse aux monstres à plusieurs, jusqu’à quatre via Internet. Le jeu sera d’ailleurs compatible avec le micro Wii Speak. De quoi organiser méticuleusement les préparatifs avant de chatouiller des boss très méchants et de s’endormir ensemble et à la belle étoile sur des peaux de bête.

J. M.

04/02/2010

Un menu canon pour se faire péter la panse

Quiche auvergnate à la Fourme d’Ambert, confit de canard gratiné et purée d’antan, moelleux coulant au coulis de banane. Voici un « menu canon où l’entrée fait office de mèche, le plat principal de poudre et le dessert, la bourre qui fait bouchon, plaisante Patrice Caumon. L’estomac fera feu, exactement comme dans un moteur à explosion ». L’avantage du chou-fleur, c’est qu’on s’en méfie moins que du chou vert ou des Bruxelles. La purée qui accompagne le confit devra être bien épaisse car « l’homme moderne mastique toutes les nourritures à la même vitesse et de la même façon », analyse encore l’auteur des Plats qui font péter. Quant au chocolat du dessert, il constipe un peu, mais rien n’oblige à en mettre des quantités et la banane contrebalancera l’affaire.

 

 

 

Stéphane Leblanc

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu