Avertir le modérateur

17/09/2009

«20 minutes» juré des milthon

1809-MAG-JEU-STATUETTE.jpg

Au premier jour de test, je dois signer un accord de confidentialité. C’est mon acte de naissance comme juré des Milthon, des prix qui récompensent les meilleures « œuvres vidéoludiques » françaises de l’année. Attention, pas des superproductions à s’en décoller la rétine. Ici, on se la joue modeste, mais inventif, les prix permettant à des petits et moyens studios de se faire connaître. Durant l’été, j’avais trépigné en attendant la liste des nominés. Fin août, à sa réception, je songe à me défenestrer. Neuf catégories, vingt jeux, un marathon. Puis les heures de test à l’Association française pour le jeu vidéo.

« ColorZ » sur Wii, jeu de l’année
C’est là que je rencontre mon président, pianotant sur son iPhone, Philippe Ulrich, un créateur de jeux dans les années 1980-1990, dont le parcours sinueux est décrit dans un bon bouquin, La Saga des jeux vidéo. Quelques jours plus tard, neuf jurés dans une pièce en sous-sol. Avant délibération, tour de table. Salutations aux confrères journalistes. On rentre dans le vif du sujet : « Dans sa catégorie, il y a mieux... », « On récompense quoi d’abord, l’originalité ? », « Nan, les graphismes, là, ça va pas... ». « Globulos » remporte le titre de meilleur jeu sur plate-forme mobile (sur DS). Ça fait plaisir. Simple, jouissif en multi. Les débats s’enflamment sur le meilleur scénario, attribué à « Metropolis Crimes », jeu d’enquête sur DS. En revanche, un consensus émerge sur le jeu de l’année : « ColorZ », vendu en ligne via la Wii. Malgré un design pas top, il fait loucher pour la première fois les lobes du cerveau. Une sensation agréablement dérangeante.

Joel Métreau

20:39 Publié dans Jeux | Lien permanent | Commentaires (4)

Un festival pour un secteur plutôt à la fête

Ce secteur est loin de connaître un game over. Si l’industrie du jeu vidéo traverse une petite zone de turbulences, la 4e édition du Festival du jeu vidéo qui s’ouvre aujourd’hui à Paris, devrait en tout cas témoigner de l’intérêt des Français pour ce divertissement. « L’année s’annonce comme la meilleure pour l’industrie du jeu après 2009, selon Tristan Bruchet, de l’institut GfK, même si les tendances dans le secteur sont mauvaises depuis janvier. » Sans négliger l’effet crise économique et le cycle de vie des consoles, les acteurs du secteur assènent que les sorties du premier semestre 2008 (« Wii Fit », « GTA IV », « Mario Kart Wii »), avaient été exceptionnelles.

Le plus gros événement en France

Mais « les gros mois arrivent. Au dernier trimestre de l’année, se réalise la moitié des ventes », insiste Jean-Claude Larue, délégué général du Syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs (Sell), partenaire de cette édition du festival. Ces éditeurs se félicitent d’ailleurs des baisses récentes de prix des consoles de Microsoft et Sony et guettent les rumeurs affirmant que Nintendo réagirait bientôt avec la Wii. Pour les festivaliers, ces trois jours offrent donc l’occasion de découvrir le catalogue de nouveautés. Jonathan Dumont, président de l’événement, se veut d’ailleurs confiant. « Si l’on écarte l’E3 aux Etats-Unis, notre Festival du jeu vidéo va se situer troisième en terme de fréquentation derrière le Tokyo Game Show (Japon) et la GamesCom (Allemage). » Ce sont en effet près de 70 000 visiteurs que l’organisateur espère voir parcourir les allées du festival. Parmi eux, on compte déjà Frédéric Mitterrand, le ministre de la Culture, venu rendre une visite hier à la Porte de Versailles, lors de la journée réservée aux pros. « Le jeu vidéo, c’est une industrie mais aussi un art », a-t-il lancé avant de jouer à la guitare Hero.

En chiffres

- 11,8 %
La baisse des ventes de jeux en volume en janvier-août en France, par rapport à la même période en 2008, selon l’institut GfK. Ce chiffre est de - 22 % pour le marché des consoles.

245 000 visiteurs pour le plus grand festival de jeu vidéo en Europe. Il s’agit de la GamesCom, qui s’est déroulée à Cologne (Allemagne), du 19 au 23 août dernier.

160 exposants et environ 400 titres sont présents cette année au Festival du jeu vidéo à Paris.

30 millions d’euros. C’est le budget, marketing compris, d’un blockbuster comme « Assassin’s Creed 2 », édité par Ubisoft.

 

20:28 Publié dans Jeux | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : jeux vidéo; métreau

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu