Avertir le modérateur

12/03/2009

Super-groupes: le rockeur du XXIème sera mobile ou ne sera pas.

 

 

1303-MAG-WHITE.jpg

Le super-groupe n’est pas forcément un groupe super ni un groupe avec le mot « super » dedans. Par exemple, Supertramp n’est pas du tout un super-groupe. Mongrel si, à tous les sens du terme. Jugez plutôt : Jon McClure (leader de Reverend and the Makers) à la baguette épaulé par la section originelle des Artic Monkeys. En prime, un cortège de rappeuses farouches et de rappeurs inspirés dont l’excellent Lowkey, d’origine irakienne. Pour son premier album, Better Than Heavy, la belle équipée musarde du rock au hip hop, empruntant les passerelles électro, pop ou même dancehall, sur des titres engagés et enragés, furieusement dansants. Super-groupe de l’année, Mongrel (« bâtard » en français) synthétise le meilleur de chacun de ses groupes.

 

Super pouvoirs et super vilains

Effet de la crise ou pas, le groupe de rock à l’ancienne (du genre : la bande de potes du lycée soudés à la vie à la mort) semble avoir vécu. Alors bien sûr, le concept de super-groupe ne date pas d’hier, mais depuis l’avènement du Gorillaz de Damon Albarn (voir ci-dessous), il a sérieusement été remis au goût du jour. On doit par exemple à The Last Shadow Puppets l’un des meilleurs albums de l’année dernière. Or, les membres du duo, Alex Turner et Miles Kane, étaient en réalité en cavale de leurs groupes respectifs, Artic Monkeys et The Rascals. Revenus dans leurs pénates, ils y ont livré des prestations décevantes. De fait, la naissance des super-groupes obéit souvent à l’envi pour un leader mégalo ou un side-man ombrageux d’aller voir ailleurs si le son n’est pas un peu plus rock. Sans jamais vraiment splitter, The Strokes a vu chacun de ses membres s’échapper de la maison-mère pour des projets parallèles. Même ostracisme passager pour deux membres de Franz Ferdinand. Pour expliquer son infidélité, le guitariste, Nick McCarthy explique : « Le son d’un groupe résulte de l’alchimie de ses composants. Si tu changes un élément, tout change et c’est passionnant d’expérimenter d’autres mélanges, ailleurs. »

 

Y a pas que le rock bordel

Les jazzmen ont coutume de jouer les uns avec les autres. Normal, la notion même de groupe de jazz n’existe pas vraiment et la hiérarchie entre le leader qui choisit ses sidemen est souvent très forte. Même chose en électro ou les DJ star s’entoure de chanteurs ou musiciens en fonction de leurs envies. Sous ses apparences de sport d’équipe, le rap cultive le featuring one-shot plutôt que les vrais super-groupes réunissant plusieurs stars du flow.

 

Benjamin Chapon

 

18:33 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : culture, chapon

24/10/2008

Trois groupes de pop suédois, lequel allons-nous interviewer?

A l'heure où Likke Li impose doucement son électro-pop sur tout le gobe, 2.0 met en avant trois autres groupes de pop suédois qui méritent de tenir le haut de l'affiche. A vous de décider lequel nous allons interviewer...

 

MELPO MENE

Melpomene.jpg

Les amoureux de pop mélancolique ont fêté en beauté la fin de l'été. Avec son deuxième album «Bring the Lion out», Melpo Mene nous offre un rare moment de tendresse, où se croisent de drôles de Jedi, des lions et des serpents et la plus belle des déclarations : «I Adore You». On adore.

 

Leur MySpace, c'est ici...

 


 

ENVELOPES

envelopes3.jpg

Pas si timbrés, les cinq membres d'Envelopes ont sorti cette année «Here Comes The Wind», un second album aux guitares racées entre Pavement et Pixies. Fans d'indie rock, vous voilà à la bonne adresse.

 


Leur MySpace, c'est ici...

POUR VOTER, C'EST ICI

 

PACIFIC!

PacificJesperBerg.jpg

Entre pop californienne et ballades électroniques, le duo Pacific! met en musique des «Reveries» capables de réconcilier nostalgiques et modernes. C'est cotonneux et légèrement acidulé. A écouter entre le samedi soir et le dimanche matin.

 


Leur MySpace, c'est ici...

POUR VOTER, C'EST ICI

 

Boris Bastide

 

25/09/2008

Vicarious Bliss: «C'est au tour des Français de briller»

Vous l'avez choisi devant DatA et South Central, nous l'avons interviewé! Andy Gardiner, alias Vicarious Bliss, a répondu à nos questions. Il est à l'affiche, ce vendredi 26, du Club NME à Paris (Elysée-Montmartre) aux côtés de The Whip et Dead Kids entre autres.

VicariousBliss.jpg

Nos internautes vous ont élu cette semaine. Heureux?

Je suis flatté, merci beaucoup!

 

Comment Andy est devenu Vicarious Bliss?

Je suis né Andy en Grande-Bretagne, mais c’est un prénom que j’ai laissé derrière moi il y a longtemps. Je vis en France depuis que j’ai 11 ans. Je me considère maintenant autant Français que Britannique. Il y a beaucoup de choses que je préfère ici: la bouffe, le vin… même la musique!

 

Un British qui préfère la musique frenchie?

Oui! Les Britanniques l’ont eue facile pendant des années, maintenant c’est au tour des Français de briller un peu.

 

Vous êtes un peu un touche-à-tout…

Je suis DJ, je produis mes disques et ceux des autres, comme Ladytron et I Love UFO. Mais je préfère faire mes propres skeuds et, honnêtement, j’ai donné beaucoup trop de mon temps aux autres. Depuis 3-4 mois, je suis en studio tous les jours sur mon projet d’album. Je suis très content de me retrouver, après avoir donné dans le «caritatif musical» (rire)! Je le referai, mais pas avant d’avoir pondu un nouvel et bel album.

 

Et il sera pondu quand?

En étant réaliste, pas avant la rentrée 2009. Mais il devrait y avoir un ou deux EP d’ici là. Ça paraît long, mais c’est assez rapide en termes de temps de studio, de préparation, d’enregistrement, de mixage… Un an, ce n’est pratiquement rien.

 

Vous avez votre propre studio?

Oui, dans le 18e, à Paris. Un petit cagibi à moi, insonorisé. C’est pas très grand, mais c’est parfait pour moi.

 

 

Vendredi, vous serez au Club NME, à Paris. A quoi cela va ressembler pour vous?

En fait, je suis un peu à l’origine du truc. J’ai été interviewé par NME (l’hebdo musical britannique) il y a 6 mois, et je connais certains de leurs journalistes à force de les croiser dans des soirées. NME a toujours été tourné vers la découverte. Je savais que le Club NME marchait bien au Royaume-Uni. Alors pourquoi pas en France? Je les ai appelés, mais je ne suis pas promoteur ou organisateur de soirées. Il y a des boîtes pour ça. Mais je donne mon avis sur la programmation. Enfin, la partie française, car NME a un cahier des charges assez strict concernant les groupes mis en avant. C’est normal: ils proposent leur chouchou du moment. Et comme ils soutiennent les Français de Kitsuné ou d’Ed Banger [le label qui a signé Vicarious Bliss], ils nous font confiance. L’idée, c’est une rencontre entre ce qu’il y a de mieux en France et en Grande-Bretagne.

 

Sauf que là, il n’y a que deux Frenchies sur la liste…

Ce n’est pas à chaque fois du 50/50. On essaye de faire un mix cohérent entre groupes live, DJ, british et français. C’est une rencontre entre deux mondes. En janvier, la soirée sera beaucoup plus française.

 

La rumeur prétend que vous avez été président du fan-club de The Cure. C’est quoi cette histoire?

C’est une vieille blague d’Edouard Rostand [clubber avéré et créateur de parissi.com] qui date d’il y a trois ans. C’est parce que j’étais un très grand fan des Cure. Mais c’était pas très drôle…

 

Et hormis The Cure, qu’est-ce qui tourne sur votre iPod en ce moment?

Beaucoup de poussière! En revanche, ma DS fonctionne à merveille! Sinon, plus sérieusement, j’aime beaucoup le retour en force de l’écriture pop, avec MGMT, Late of the Pier… Bon, j’adore aussi l’électro, hein! Et le retour de Metallica. Je suis allé chercher l'édition limitée du nouvel album. Je n’ai pas encore osé l’ouvrir. Mais je l’ai écouté sur le Net. Et oui, c’est la débilité du collectionneur de disques!

 

Collectionneur de disques?

Oui… J’en ai partout. J’ai même des cartons scellés hermétiquement dans une cave. C’est toute la collection d’une vie. Je dois avoir entre 10 000 et 15 000 disques. J’ai pas compté récemment. Les déménagements sont très stressants!

Son MySPace, c'est ici...

 

Recueilli par Ulla Majoube

NME, c'est quoi ? Réponse ici

19/09/2008

Trois DJ, une seule interview

clubNME.jpg

Le Club NME débarque à Paris. Vendredi 26 septembre, à l'Elysée-Montmartre (à Paris), la célèbre party londonienne, fait ses premières notes frenchies. Le principe de cette soirée est né en 2004. L'hebdo musical culte britannique NME, qui fait et défait les artistes, décide alors de booster les groupes et chanteurs qui montent en les présentant live. Depuis, le sceau Club NME s'est même exporté à Los Angeles. Pour sa première parisienne, les groupes Dead Kids et The Whip sont à l'affiche. Côté DJ, on retrouvera Vicarious Bliss, DatA et South Central. Parmi ces trois DJ, à vous de choisir qui nous allons interviewer!

 

Vicarious Bliss

Vicarious Bliss, de son vrai nom Andy Gardiner, est un DJ britannique. Toutefois, c'est en France qu'il signe avec le label Ed Banger, en 2003. Depuis, ce grand rouquin écume les soirées et accumule les remixes (Justice, N.E.R.D., Ladytron, Sébastien Tellier, etc.). A noter: avant de devenir l'artiste électro qu'on connait, il était le président du fan club officiel british de The Cure...

 

 

Pour voter, c'est ici...

 

South Central

Ils sont de Brighton (Grande-Bretagne), ils sont deux, et les modeux les appellent déjà les «Justice british». South Central mêle habilement rock indé et électro et se sont faits connaître grâce à leurs remixes de Shitdisco, The Maccabees ou encore Shychild.

 

 

Pour voter, c'est ici...

 

DatA

Le DJ frenchy qui monte! David Guillon, alias DatA, sait faire bouger les dancefloors. Avec ses mélanges pop, rap et électro, il a su déjà se tracer un beau parcours musical, malgré son jeune âge. Il a sorti «Trop Laser», dont le morceau «J'aime pas l'art» est déjà un classique de nombre de clubs.

 

 

Pour voter, c'est ici...

 

Ulla Majoube

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu