Avertir le modérateur

05/03/2009

Ni un requin, ni une crevette

 

La Fouine sort un nouvel album, Mes Repères. Sa griffe : un mélange de textes sauvages sur du rap, de la chanson et de la soul. Portrait chinois du rappeur de Trappes.

Pourquoi La Fouine ?
C’est un surnom que m’ont donné les grands de mon quartier parce que je traînais toujours avec eux. Je fouinais mon nez partout.

Si tu étais un animal domestique, tu serais…
Ça commence mal ! Je suis un sauvage.

Un animal sauvage alors ?

Un lion, avec son troupeau de lionnes. Ça, c’est pour l’ego-trip. Mais dans le fond, je suis doux. Chez moi, tout vient du cœur, je suis un kiffeur sensible. Le rap conscient c’est un truc d’intello donneur de leçons. Tout le contraire de moi. Je suis nul en orthographe et en grammaire, et il y a plein de gens comme moi. Mais aujourd’hui, je suis fier quand je prends le micro.

Un animal aquatique.

Ni un requin, ni une crevette.

Un oiseau.

Pas un perroquet en tous cas. Je ressemble un peu à une autruche, pour la taille. Mais je ne sais pas si c’est vraiment un oiseau. Comme je suis un rappeur qui chante, je serai peut-être un rossignol. Le rap, c’est de la chanson française. Mes modèles, c’est Brel, Bergé, Goldman… En tournée, on se faisait des délires guitare/voix à la Joe Dassin. Comme les gens autour de moi étaient grave sensible à ça, je suis allé au bout.

Un rongeur.
Tu veux dire un animal de terrier ? Moi, je suis très attaché à mon quartier de Trappes. Je chante encore pour cette cité, même si ma vie m’a amené ailleurs. Quand je me retrouve sur une plage à Miami, je suis toujours un peu triste et nostalgique de mon enfance là-bas.

Si tu étais un animal en voie de disparition.
Un gorille, qui défend sa tribu.

Un animal migrateur.
Une cigogne. Parce que j’ai vu dans un documentaire qu’elles faisaient des milliers de kilomètres avec de la bouffe dans leurs becs pour nourrir leurs enfants. J’adorerai faire partie des Enfoirés parce que moi, gamin, j’ai souvent bouffé aux Restos du cœur. Quand j’arrivais chez moi et que ma mère sortait encore de la Vache qui rit, j’avais la haine. Mais bon, c’était mieux qu’un avis d’expulsion.

Un animal imaginaire.
Je sais plus, là, j’ai plus d’idée. Mes rêves, je les réalise. L’Olympia, c’était un rêve de gosse. Je suis trop fier, je l’ai attendu ce moment… Quand j’avais dix ans, je me passais en boucle une cassette du concert d’adieu de Brel à l’Olympia. Je ne savais même pas ce que c’était, l’Olympia, parce que j’allais jamais à Paris. Ça va être terrible !

* La Fouine sera en concert à l’Olympia à Paris, le 20 Mai.

Benjamin Chapon

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu