Avertir le modérateur

27/08/2009

Les cinq règles pour rouler votre boss à la rentrée

Désolé de vous saper le moral, mais les grasses matinées coquines, la glandouille sur la plage et les apéros à rallonge… c’est fini. Retour à la réalité, l’heure de la rentrée a sonné. Pour ne pas se laisser submerger par le spleen et pleurnicher dans les bras de vos collègues, rien de tel qu’un petit guide de survie pour amorcer un come-back en douceur au bureau. Deux spécialistes de la jungle d’entreprise nous livrent leurs astuces pour supporter son chef après des semaines de farniente et éviter de s’écharper devant la machine à café à peine remis de vos coups de soleil.

2808-MAG-UNE.jpg

Cédric Couvez et Yvon Mézou, nouveau directeur de la rédaction de 20 Minutes.

 

Les priorités tu géreras
La montagne de courriers,  les 9 724 mails et le répondeur vocal saturé comme un solo de Metallica sont souvent les premiers à vous dire bonjour à la rentrée.  « Pour ne pas sombrer, il est primordial de vous fixer un objectif de rentrée et de consacrer une petite semaine à trier les urgences ! », avance Jacqueline Renaud, coach d’entreprise depuis dix ans. Oubliez illico les chaînes de mails débiles lancées par vos collègues punis cet été, concentrez-vous sur l’essentiel… ceux de votre chef.

Tes vacances peut-être tu raconteras
Doit-on étaler ses vacances libertines au Cap-d’Agde devant son chef ? « Tout dépend du profil psychologique de votre supérieur. Certains chefs se la jouent copain-copain. Dans ce cas, vous pouvez lui narrer vos aventures estivales, ça renforcera le lien de confiance entre lui et vous. Mais si votre boss est renfermé et distant, ne l’encombrez pas avec vos récits », conseille Alex Mucchielli, ancien universitaire et auteur de Mon chef est un con! aux éditions Maxima. En bref, gardez votre soirée diapos pour vos vrais amis…

Du temps tu prendras
Tous les athlètes vous le diront, inutile de foncer tête baissée lors de la reprise. Pour éviter le claquage à mi-saison, gérez votre effort et n’oubliez pas que la vie de bureau n’est pas un sprint mais une course de fond. « Attaquer la rentrée pied au plancher est une très mauvaise idée. Mieux vaut profiter du recul pris pendant les vacances pour gérer son stress et pauser calmement les choses. Le temps se révèle toujours être un allié dans le milieu professionnel », assure Jacqueline Renaud

La paix avec ton chef, tu feras
Rien de tel qu’une bonne coupure estivale pour oublier les griefs à l’encontre de son boss. La rentrée est un moment tout choisi pour repartir du bon pied et faire fi des prises de bec passées : « Profitez de la bonne humeur post-vacances et des derniers rayons de soleil pour tenter de moduler stratégiquement la relation que vous entretenez avec votre chef », conseille Alex Mucchielli. Et qui sait, peut être que l’été prochain, c’est avec votre N+1 que vous partagerez votre mojito les pieds dans l’eau.

De substituts jamais tu ne prendras

Se gaver d’anxiolytiques ou d’euphorisants pour supporter le stress de la rentrée n’a jamais rien arrangé, sauf le compte en banque des multinationales pharmaceutiques : « Tous les médecins vous le diront, les médicaments traitent les effets, pas les causes. Mieux vaut faire du sport pour évacuer la pression », recommande la coach. Inutile de vous doper comme un coureur de la Grande Boucle pour atteindre la sérénité bouddhiste privilégiez le vieil adage : « Un esprit sain dans un corps sain ! »

Cédric Couvez

18/12/2008

Respirez, c’est bientôt Noël

Et si vous souffliez un peu en cette fin d’année? Pour le sport, soigner sa respiration est encore plus important que de choisir un joli short. En inspirant, on apporte l’air dans nos poumons. Il nourrit le sang qui circule dans tout le corps. L’expiration, plus longue que l’inspiration se fait par la bouche, permet de rejeter le gaz carbonique (CO2), une contraction consciente des abdominaux contribue à mieux vider les poumons.

Les exercices d’endurance ont l’avantage d’être effectués en aérobie, c’est à dire sans blocage respiratoire. Il ne faut jamais pratiquer un exercice jusqu’à en «perdre haleine». La respiration doit rester régulière, avec une durée égale pour l’inspiration et l’expiration.

Quelle que soit l’activité pratiquée, on commence toujours par un échauffement, lent et progressif, la respiration va s’accentuer et se stabiliser. Si vous pratiquez la Marche Nordique avec des bâtons ou le jogging à intensité moyenne, vous devez pouvoir tenir une conversation avec votre partenaire. Evitez, enfin, de pratiquer des activités physiques dans des salles non ventilées, c’est mauvais pour la respiration et vous en arriverez à ne plus pouvoir sentir vos voisins.

Olivier Kerebel

coach athlé santé à Ternes
Paris Ouest.
Olivier.kerebel@athle.org

http://athle-sante17.blogspot.com/

04/12/2008

On va vous mettre en sueur froide

Il n’y a que les ours blancs affamés et les Inuits qui se sont fait piquer leur portefeuille en courant par grand froid. Pas sûr. Si vous vous aventurez à jogger en ce mois de décembre, vous croiserez quelques sportifs à l’effort. La différence entre eux et vous? Ils savent se préparer à la course en hiver. Alors suivez les conseils du Coach Athlé Santé et vous aussi, vous pourrez suer quand les autres gèlent. Yes, You Can! Avant de partir, couvrez-vous bien: gants, bonnet, collants, chaussettes… en protégeant en priorité les extrémités du corps. Privilégiez plusieurs couches de vêtements, pas trop serrés, à la fois légers et aérés.Commencez tout doucement par une longue et méticuleuse phase d’échauffement d’au moins un quart d’heure. Ensuite, à mesure que vous progressez dans l’effort, la sensation de froid disparaît. Attention, à la fin de l’exercice, si vous n’êtes pas assuré de vous mettre tout de suite au chaud après l’exercice, pensez à vous couvrir et à vous changer. Sinon, c’est le gros  rhume assuré! Pensez aussi à boire régulièrement pour compenser les pertes de liquides et surtout n’hésitez pas à manger des aliments à base de glucides pour faire fonctionner le muscle tout en évitant les graisses.Si vous prenez bien soin d’observer tous ces conseils de prudence, le sport dans le froid ne présente que des avantages. Car, aussi curieux que cela puisse paraître, il vous évitera de tomber malade en renforçant vos défenses naturelles!

Olivier Kerebel - coach athlé santé à Ternes


Paris Ouest
Olivier.kerebel@athle.org
http://athle-sante17.blogspot.com/

 

20/11/2017

Oubliez la douleur pendant l’effort!

La pratique physique est, et le restera, mariée à la douleur. Eh oui ! Pour faire progresser le corps, il faut le secouer un peu.
Puisqu'on ne peut pas éviter ces douleurs, pourtant bénéfiques, il faut apprendre à faire avec. Mais comment ?
Des chercheurs en psychologie nous ont démontré que l’anticipation d’une douleur la rend plus intense. Ainsi, certaines personnes qui ont souvent mal au dos lors des séances de gainage, anticipent cette douleur dés le début de l’exercice. Lors de cet effort, elles ne parviennent pas à ressentir le travail effectué par leurs abdominaux, car trop concentrées sur leur problème de dos.
Il faut savoir qu’une sensation de douleur provoque l’attention, mais qu’une pensée positive peut elle même diminuer la douleur. N’oubliez pas que : plus l’on pense à notre mal, plus celui-ci va faire mal !!!

Le conseil du Coach : si vous voulez tenir plus longtemps lors de vos séances d’abdominaux, de gainage ou de courses
, pensez plutôt aux bienfaits que vous allez en tirer ou tout simplement à des choses agréables.
Et bon courage !

Doudou Sow

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu