Avertir le modérateur

11/12/2008

Remington de Joseph Incardona

Sur ma Remington portative…

Matteo Greco a décidé de s’en sortir par ses mains. Soit en frappant sur un ring de boxe, soit en écrivant le grand livre de sa minable vie. Sauf que chômeur à temps partiel et vigile par la force des choses, il n’a pas les moyens de créer sur traitement de texte. Il aurait pu choisir le minitel, ce sera plutôt une vieille Remington portative, inventée il faut le rappeler, par un fabricant de carabines.

incardonaremington.jpgNouvelle après nouvelle, il s’entraîne assidûment, jusqu’à ce que la machine et le cœur s’emballent un soir de rencontre à l’atelier d’écriture, avec Elsa, qui va rapidement devenir sa muse fatale. Deux apprentis auteurs dans le même lit ne peuvent que rapidement verser dans le cannibalisme littéraire. Remington est le troisième roman de Joseph Incardona, écrivain suisse qui anime lui aussi des ateliers d’écriture. Un roman violent et doux sur le miracle et les aléas de la création, combiné à un polar nerveux et ironique sur la soif de réussir. Ou quand très vite, l’encre se mêle de sang. Une réussite.


Remington, Joseph Incardona, Fayard Noir, 316 p., 19 €.


>> Retrouvez toute l’actu du livre noir sur Polar Blog, le blog de Bastien Bonnefous.

Bastien Bonnefous

04/12/2008

La fille de Carnegie de Stéphane Michaka

Au théâtre ce soir: meurtre

Jamais Français n'avait intégré le très fermé "club des centaines" de Rivages. Jusqu’à présent, la vénérable maison du polar et roman noir réservait ces numéros 100, 200 et suivants, à ses poids lourds anglo-saxons, type Ellroy, Cook, Thompson, Westlake … C’est peu dire que Stéphane Michaka, auteur de théâtre de 34 ans, entre par la grande porte avec son premier roman, La Fille de Carnegie, siglé n°700. Emballé par sa pièce du même nom en 2005, François Guérif, le phare de Rivages, avait poussé Michaka à l’adapter en roman. Meurtre au Metropolitan Opera de New-York.

fille de .jpgLa Flûte enchantée sur scène, trois balles dans le buffet en loge. Le lieutenant Tourneur, policier borderline, est chargé de l’enquête. Rapidement, les soupçons se portent sur Lagana, ex-flic passé à la finance de Manhattan, que Tourneur vomit. Les deux hommes vont donc s’expliquer, virils et pas toujours corrects, durant une longue nuit de garde à vue. Un premier roman tenu, qui prend naturellement sa place à New-York, sans pour autant plagier le Lonely Planet comme trop souvent les polars français situés outre-Atlantique. Un ton à la fois dur à cuire et lyrique. Un petit bonbon Michaka (facile).

La fille de Carnegie, Stéphane Michaka, Rivages Noir, 562 p., 10,50€.

>> Retrouvez toute l’actu du livre noir sur Polar Blog, le blog de Bastien Bonnefous.

27/11/2008

Le choeur des paumés de Gene Kerrigan

Il y a quelque chose de pourri au royaume d’Irlande. Comme tous les miracles économiques, celui de la nouvelle Irlande a son revers de la médaille de saint-Patrick. Un revers pourri par la corruption et l’impunité politico-financière qui va avec, et la flambée immobilière proportionnelle à celle de la criminalité. Dans un Dublin devenu en quelques pintes une grande capitale européenne qui n’a rien à envier à la sœur honnie londonienne, l’inspecteur Synnott tente tant bien que mal de faire son travail.

9782702433058.jpg

Pas facile, voire carrément impossible quand la crapulerie prospère, et que les fils de bonne famille sont protégés de leurs viols par les relations et les billets de leur papa. Gene Kerrigan est journaliste à l’Irish Independant. Il a enquêté sur les scandales financiers, la politique et les faits divers. Une expérience de premier ordre pour passer à la littérature noire, en donnant de la chair et de la crédibilité aux nouvelles fortunes comme aux oubliés de la croissance. Son premier roman, A la petite semaine, décrivait le braquage foireux d’une équipe de malfrats miteux qui veulent leur part de gâteau. Le chœur des paumés transforme l’essai, en montrant avec tension, amertume et humour noir, comment une société humaine perd ses repères traditionnels sous la charge du Veau d’or.


Le chœur des paumés, Gene Kerrigan, Le Masque, 403 p., 21,50€.


>> Retrouvez toute l’actu du livre noir sur Polar Blog, le blog de Bastien Bonnefous.

Bastien Bonnefous

13/11/2008

Seul le silence de Roger Jon Ellory

Ne lisez pas ce livre, il vous hantera.
C’est la révélation catégorie roman noir de cette rentrée : Seul le silence, premier roman traduit en français du Britannique R.J. Ellory. Anagramme involontaire du grand James Ellroy, l’auteur appelle inévitablement à sa table les chefs d’œuvre du maître du Mal et de la rédemption, à commencer par Le Dalhia noir.

9782355840135.jpg
Joseph Vaughan a 12 ans et vit dans le sud rural des Etats-Unis quand est assassinée une fillette voisine. Un meurtre non résolu qui va bouleverser le garçon. Devenu écrivain à succès, Joseph s’installe des années plus tard à New York, mais de nouveau les meurtres d’enfants se multiplient. Il n’a alors d’autre choix que de mener l’enquête, quel qu’en soit le prix.
Seul le silence est un roman exceptionnel, qui détourne le thriller classique de serial killer pour aborder la grande littérature américaine tout court. Dédié à Truman Capote, on y retrouve le sens maniaque du détail et la volonté d’épuisement total du sujet magnifié par l’auteur de De sang froid. D’une noirceur absolue, il prend en otage le lecteur avec un sens du suspense nourri par un style mélancolique, qui transforme la torpeur en soupçon. Un véritable tour de force, publié par l’excellente et jeune maison d’édition Sonatine.


Seul le silence, R.J. Ellory, Sonatine, 497 p, 22 €.

Retrouvez toute l’actu du livre noir sur Polar Blog, le blog de Bastien Bonnefous.

Bastien Bonnefous

06/11/2008

Toute la nuit devant vous de Marcus Malte

Les stylistes se font rare dans le polar français, et Marcus Malte en est un. Taiseux et discret, l’homme fait son miel littéraire des vies quotidiennes qui dérapent sous la force du destin. Garden of love, La part des chiens, Intérieur nord… son univers romanesque qui mêle violence des rapports et tendresse pour les personnages, rappelle ceux des illustres Goodis ou Simenon. Même goût de l’échec, même fatalité de l’existence, même chute finale désespérée.

0711-MAG-polarblog188.jpgSon dernier ouvrage, Toute la nuit devant nous, est un recueil de trois nouvelles sur la jeunesse et la puissance des rêves. Trois tranches de vies ordinaires qui basculent dans le tragique. Une colonie de vacances, deux ados solitaires, des rêves de vengeance, et le château qui accueille le groupe se transforme en scène de crime. Quatre militants écolos, gamins au nom de fleurs, qui refusent une Terre violée par l’homme, et vont au bout extrême de leurs convictions. Un gosse des cités marseillaises, prodige du ballon, qui mesure le temps gâché derrière les barreaux de sa cellule. A chaque fois, Marcus Malte sait trouver les mots justes et les silences entre ces mots, pour dire ces vies aliénées par le sort et la sottise du fatum.

 

Toute la nuit devant nous, Marcus Malte, Zulma, 126 pages, 15 €.

Retrouvez toute l’actu du livre noir sur Polar Blog, le blog de Bastien Bonnefous.

04/11/2008

Sex & Sensibility: Au lit avec les dessinatrices du New Yorker

Après Funny ladies, Fathers and sons et Mothers and Daughters, Liza Donnely s’attaque à son quatrième livre tout rose, tout féminin et bougrement cocasse. L’auteur assiège le monde des cartoonistes avec sa bande d’illustratrices : Roz Chast, Carolita Johnson, Victoria Roberts, Barbara Smaller… dans « Sex&Sensibility : L’amour, le désir et les hommes croqués par les dessinatrices du New Yorker. » Ce bouquin combine des parties de jambes en l’air brouillées par des sentiments potaches. Légendes et dessins réincarnent l’esprit de Sex & The City, Carrie Bradshaw en moins.

9782749909653.jpg


« Désolée, Jon, mais Henri est parfait. D’abord, il me fait rire, en plus, il me fait des omelettes, et pour couronner le tout, il me fait jouir. » Cette réplique vous est familière? Vous êtes une satanée victime de l’amour contemporain! C’est évident, les femmes modernes foutent la frousse…Nymphomane ou fleur bleue, rien ne vaut un bon mode d’emploi. Détendez vous, la solution s’appelle Sex&Sensibility, votre nouveau refuge rigolo pour les soirs de célibat. Alors, Mesdames, sortez vos plumeaux, c’est l’heure de déblayer le terrain masculin. Une nouvelle ère commence !

Julie Dubois

>> Sex & Sensibility, Liza Donnelly, Michel Lafon, 280 p. , 19€

30/10/2008

Les carnets de guerre de Victorien Mars

Victorien Mars, un nom prédestiné pour faire la guerre? Au contraire. Petit horloger lyonnais, Victorien part au front de 1914, comme beaucoup de trouffions, l’esprit vidé de toute idéologie et la trouille au ventre. Pendant trois ans, il va connaître la folie des tranchées, avec pour compagnons d’infortune Luc le peintre, ou les nettoyeurs Matteo et Tanguy. Quelle connerie la guerre, se plaisait à rappeler Prévert à Barbara. Victorien, lui, le vérifie tous les jours, surtout quand il atterrit dans le groupe du commandant Braque et de son adjudant l’As de pique. Deux illuminés sanguinaires, qui assouvissent leurs obsessions criminelles dans les tranchées de Verdun la terrible.

3110-MAG-polarblog.jpg«Je crois que je ne reviendrai jamais des tranchées», souligne un matin Victorien. En tout cas, quoi qu’il arrive, il ne reviendra plus le même homme.
Dans la lignée de La Chambre des officiers ou d’Un beau dimanche de fiançailles, Les carnets de guerre de Victorien Mars, par Maxence Fermine – déjà auteur du poétique Neige il y a quelques années - est un roman subtil et humain sur la guerre, où la peur de la mort réveille chez chacun les pensées les plus noires.
Les carnets de guerre de Victorien Mars, Maxence Fermine, Albin Michel, 186 p., 15€.

Retrouvez toute l’actu du livre noir sur Polar Blog, le blog de Bastien Bonnefous.

Bastien Bonnefouss

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu