Avertir le modérateur

02/04/2009

Mieux vaut rire que guérir

0304-MAG-RIRECorinneCosseron.jpg
photo : J.-L. Manzanarès/ecolederire.org

Un fou rire vaut-il une bonne consultation chez le médecin ? Pour Henri Rubinstein, neurologue et auteur de La Psychosomatique du rire (chez Robert-Laffont, collection Réponses santé), le rire est, au minimum, « une gymnastique douce, un jogging stationnaire » et a donc, comme tout autre sport, des effets bénéfiques sur la santé. Le rire permet surtout, d’après lui, de « transformer le cercle vicieux des symptômes en cercle vertueux ». Mais que ça ne vous empêche pas de prendre vos médocs : « Le rire, ce n’est pas la panacée », précise t-il.

Libérer les endorphines

Une chose est certaine, que le rire soit « forcé » ou naturel, les endorphines libérées lorsque l’on rit sont les mêmes. Mais pas l’état d’esprit, note Corine Cosseron, fondatrice de l’Ecole française de rire et de bien-être (lire ci-dessus). « Certains sont partisans d’une méthode où le rire peut-être “forcé”, c’est la méthode “Fake it, fake it, until you feel it” (“Simule, simule, jusqu’à ce que tu le sentes”). Pour ma part, je préfère créer, dans les clubs de rire, les conditions d’un rire naturel » explique t-elle. Et de poursuivre « Vive les diaphragmes libres ! » Adieu gaz hilarant, donc... Bref, on aura compris que rire ne peut pas faire de mal. Sauf aux cardiaques et aux hypertendus, à ceux qui souffrent d’hernies abdominales, ou d’hémorroïdes actives, qui sont contre-indiquées pour les clubs de rire. Et ce n’est pas une blague.

Rémi Laporte

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu