Avertir le modérateur

12/11/2009

Sur la langue, les bactéries se ramassrent à la pelle

1311-MAG-UNE-LANGUE.jpg

On était jeune, moins vieux pour certains, et en bonne santé. Cyprien cherchait à emballer comme un malade, les super héros de Watchmen se bécotaient sur fond d’apocalypse. Les langues se liaient et se déliaient sans contrainte, le baiser était plus tendance que jamais. C’était mars 2009.  Quelques jours avant qu’on ne découvre la grippe A H1N1. Et l’édiction de précautions d’hygiène adaptées à la menace. On oublie la bise et le serrage de mains. Trop dangereux. Les écoliers du Guilvinec dans le Finistère apprendront à saluer la maîtresse de loin, les employés de Labeix, à Rodez, à décrocher le téléphone. Que les langues de chacun restent à leur place, et les germes seront bien gardés. Et si l’âge d’or du bécot était derrière nous ?

Les Maoris et les esquimaux s’embrassent avec le nez. On réprime les bisous publics à coup de fouet au Niger quand certaines tribus africaines évitent carrément les contacts bucaux, de peur d’avaler l’âme de leur partenaire. Les Français ont leur french-kiss, Carlos son big bisou, mais on n’a strictement aucune idée de l’identité des premiers Roméo et Juliette. Si les chercheurs n’ont pas trouvé de traces de rouge à lèvres sur les parois de la grotte de Lascaux, les pages de l’Ancien Testament y font plusieurs fois référence. Réservé à la gente masculine, le baiser servait alors comme outil social. On s’embrassait entre membres d’un même groupe. Chez les Grecs, par contre, faire un smack c’est crade. Le « baiseur » a mauvaise réputation. On le trouve excessif, dangereux. Au moyen-âge, pas grand-chose à se mettre sous la langue, le bisou est soit féodal, soit religieux. Pas mieux à la Renaissance, où le bécot se limitait au cercle familial. Mais impossible de coller une date au premier baiser amoureux. Une certitude, néanmoins, on ne s’en lasse toujours pas.

Pourtant,  on devrait. Si on pensait à toutes les cochonneries échangées lors d’un kiss passionnel, on y réfléchirait peut-être à deux fois avant d’enfoncer sa langue dans la bouche de quelqu’un. « 9mg d’eau, 0,7g d’albumine, 0,18g de substances organiques, 0,711mg de matières grasses et 0,45mg de sel. Plus de 250 bactéries, une poignée de virus et de parasites.  » C’est le contenu, en substance, d’un baiser profond. Huit années se sont découlées depuis la parution de sa « Petite encyclopédie du baiser » (éd.Favre), et Jean-Luc Tournier a toujours le béguin pour le coït buccal. Embrasser paraît peut-être dégeu au microscope, faut continuer. « Sinon, on ferait pas grand-chose non plus d’un point de vue sexuel » défend l’auteur. Le bisou, « c’est ce qui donne du sel, et un peu d’épaisseur au quotidien ». Même si on peut très bien vivre sans s’embrasser, « mal, mais on peut vivre », Jean-Luc Tournier est un militant convaincu du câlin amoureux. Mais la bise quotidienne à la secrétaire, archi dévoyée, il s’en passerait volontiers.

Superviseur de trois centres de vaccination dans le sud de la France, le docteur Alain Devallez ne demande pas mieux. « En période de crise grippale, tout inconnu est un contaminant potentiel. » Autant dire un incubateur qui n’attend qu’une occasion, une main à serrer ou une joue tendue, pour refiler le virus respiratoire de la grippe. « Paranoïa », répliquent Lionel Dupommier et Cédric Laurent. Le 9 septembre 2009, les deux acolytes inauguraient desbisous.com, leur contre-attaque personnelle à la parano virale. Quelques secondes suffisent  depuis leur site pour adresser un bisou au destinataire de son choix. Une procédure garantie sans danger. Le bouche à oreille fait son travail et desbisous.com compte aujourd’hui près de 2700 roulages de pelles ou d’échanges de salives virtuels. Et, à écouter Lionel Dupommier, ce n’est pas prêt de s’arrêter. « La grippe aviaire, il y a quatre ans, la porcine maintenant », le designer s’attend à ce qu’on en invente une autre sous peu. Heureusement, pour les amateurs de chair, il reste toujours le sexe.

Romain Gouloumès

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu