Avertir le modérateur

25/03/2010

Primeurs : Carla Ferrari, jeune toque en ligne de mire

Elle a tout d’une grande. Face à la caméra. Et derrière les fourneaux. Carla Ferrari, 13 ans, étincelle d’aisance et de simplicité à l’écran pour expliquer aux enfants comment faire leurs premières armes en cuisine. Depuis le 10 mars, ce sont ses premiers pas télévisuels qu’on suit dans «  Tfou de cuisine  », la nouvelle émission jeunesse de TF1.
Carla se souvient être «  tombée toute petite  » dans la marmite des bons petits plats. Avec l’école puis chez elle, où elle est d’abord devenue experte «  en biscuits secs, cookies et autres gâteaux au yaourt  ». «  À la maison, personne n’aimait trop cuisiner. Du coup, je m’y suis collé.  » Et elle y a pris goût.

2603-MAG-CUI-TFOU DE CUISINE.jpg

 

Repérée sur internet
L’an dernier, elle a participé à la Cuisine Cup, un concours amateur, réservé aux adultes, après s’être inscrite en cachette de ses parents. Elle n’a été battue qu’en demi-finale. C’est un sujet vidéo diffusé sur Internet qui a mis la production de l’émission sur sa piste. «  Trop souvent, les enfants servent de faire valoir aux adultes dans les émissions de cuisine pour la jeunesse, raconte Jean de Vivie, de la société Image In, son producteur. Là, on tenait la perle rare  ». Une ado «  avec la tête bien accrochée sur les épaules  » et qui s’est révélée «  aussi douée que bien des chefs adultes lors des essais face à la caméra  ». Idéal pour s’adresser directement aux enfants.
«  C’était quand même intimidant au début  », reconnaît l’adolescente qui avait bien fait «  un peu de théâtre, mais rien de concret  » jusqu’alors. En même temps, les dialogues n’étaient pas écrits à l’avance et elle pouvait improviser sur des recettes «  qu’elle maîtrise parfaitement. Son niveau est bien au dessus », confirme Jean de Vivie. Mais si Carla est «  très douée en cuisine, ses rêves professionnels sont ailleurs. Celle que ses amies considèrent comme «  élégante et branchée  » se verrait plutôt «  journaliste de mode  ». Ou, parce qu’elle ne manque aucune course, «  travailler au management d’une écurie de Formule 1  ». Carla Ferrari à la tête de la Scuderia ? Après tout pourquoi pas ?


Folle de cuisine

«  fou de cuisine  » propose aux enfants des recettes toutes simples aux noms accrocheurs  : «  hérissons d’artichauts qui piquent  », «  velouté de sorcière  », «  milk-shake des Martiens  », etc.
«  Ce n’est pas ce que je fais d’habitude  », prévient celle qui aime «  inventer en cuisine  ». Comme ces saints Jacques en coque de macaron, sauce au pesto rouge et risotto aux amandes croquantes qui l’ont révélée lors du concours. En vraie pro, Carla «  teste toujours ses plats avant de les faire goûter à d’autres  ».

 


Stéphane Leblanc

12/03/2010

La vraie gourmandise n'a pas de prix

1203-2.0-CUISINE.jpgVache maigre Jean-Pierre Coffe revient avec un ouvrage consacré à la bonne bouffe à bas coût

Quel bonheur de recevoir à dîner… à condition de ne pas dégonfler le porte-monnaie. Après Le Plaisir à petit prix (Plon), best-seller vendu à 400 000 exemplaires qui invitait à cuisiner pour moins de 9 € par jour, Jean-Pierre Coffe remet le couvert avec Recevoir vos amis à petit prix (toujours chez Plon). Un ouvrage où sont développées deux cents recettes conviviales, accompagnées d'une liste de vins ne dépassant pas 5 €. « C'est encore un livre opportuniste, bien sûr », admet l'animateur télé qui avoue profiter de la crise. « Mais ces livres ont une vocation sociale : se retrouver autour d'un bon plat. »

« Hors saison, faites des boîtes ! »
La plupart des recettes sont les siennes. Sauf celles des desserts, où il a puisé son inspiration « dans les livres de restrictions parus pendant la guerre ». Avec cet ouvrage, on découvre un nouveau Coffe. L'homme est plus calme, parle posément. Il est loin, le temps où c'était « de la merde », le jambon polyphosphaté qu’il exhibait sur les plateaux de télé. « J'ai gueulé pendant des années. On me disait “vous mentez”, mais j'ai fini par convaincre des industriels de développer des produits naturels, et même du bio. Pas cher. » Aujourd'hui, il défend les produits de proximité et les légumes de saison. Exemple: « En ce moment, vous avez des choux magnifiques, et des poireaux de gros calibres. Faites donc des poireaux au jambon, c'est délicieux et ça ne coûte pas cher. » Et si ce n'est pas la saison ? « Faites des boîtes ! lance-t-il. Il vaut mieux une bonne conserve qu'un produit sans goût acheté hors saison. » Et de conclure en ascète: « La première économie serait sans doute de moins manger. Car aujourd'hui, de toute façon, on mange trop. »



1203-MAG-CUI-BOEUF.jpg

 

Le plat pas cher qui donne du rouge aux joues

Invitez trois couples d'amis et vérifiez si les joues de bœuf à la languedocienne de Jean-Pierre Coffe tiennent leurs promesses. Pour obtenir la photo ci-dessus, faites sauter 1,8 kg de viande à l'huile d'olive avec des gousses d'ail hachées. Ajoutez 1 kg de tomates, du sucre, du gros sel, du poivre, une branche de romarin et une bouteille de vin. Laissez cuire longtemps à feu doux. Ajoutez du persil et servez. C'est délicieux ! On a juste réduit la sauce, trop liquide, et rajouté du sucre pour casser l'acidité. Et le prix ? 28 € pour huit. Ce n'est pas cher, mais quand même 5 € de plus qu'annoncé, avec des joues à 10 € le kilo (au lieu de 8,50 €), des tomates à 2,30 € (et non 1,80 €), et un madiran pour la sauce à 4,50 € (plutôt que 3 €). Mais on a fait nos courses à Paris, et non à Châteaudun (28) comme l’auteur.

 

 

Stéphane Leblanc

18/02/2010

T’as d’beaux yeux, tu sais… mon poulet !

1902-MAG-CUI-STYLISME ALIMENTAIRE 1.jpgEn photo, ses plats font saliver. Ils sont pourtant immangeables. Virginie Martin travaille depuis dix ans comme styliste culinaire pour Marie Claire, Elle à Table, Régal et GaultMillau. Un métier méconnu, qui consiste à « mettre en scène la nourriture », explique-t-elle. Avec tout un tas d’artifices : un porte-savon qui devient une coupelle, une planche pour faire une table et une vaisselle qu’elle nettoie sans scrupules au… lave-vitres ! Car, rien de ce qu’elle prépare n’est destiné à être mangé. « Je blinde mes charlottes de purée et mes terrines de gélatine pour qu’elles tiennent, je verse du sucre sur du gras pour faire des boules de glace, je mets du curcuma dans l’eau des pâtes pour les jaunir, je n’assaisonne rien, et tout est froid. »

Pour être encore plus belle, la nourriture doit passer au maquillage. « Un poulet rôti qui sort du four la peau toute fripée, c’est horrible en photo ! On va juste le laisser quelques minutes pour bien tendre sa peau. Et lui donner un aspect grillé avec du jaune d’œuf et du caramel. Ou un coup de vernis. »

La mode évolue. Adieu, les plats présentés brut de décoffrage dans des cadres un peu ringards. Et quand les chefs affectionnent les grandes assiettes, les stylistes en préconisent des petites pour mettre les détails en valeur. Mais, cette vogue des photos en gros plan avec effets de flou tend à laisser place à celle des plats déstructurés avec des vues parfois prises de dessus, comme dans la presse japonaise convivialité avec des tissus cosy et des figurants », nuance Virginie Martin, qui dit être « bien plus vigilante concernant l’aspect que le goût des produits » qu’elle achète. Surtout, l’angle qui va être photographié, « ces dix. « Ou alors à plus de centimètres sur lesquels je vais m’acharner.


La salade de fruits de Virginie, jolie-jolie…

1902-MAG-CUI-STYLISME ALIMENTAIRE 2.jpg
Si la cuisine de Virginie Martin redevient comestible pour ses amis et pour ses proches, pas question pour cette salade de fruits framboise-mangue-fraise d’apparaître négligée sur la table. Cherchez l’erreur sur nos photos. A gauche, Virginie avait juste coupé ses fruits, mélangés en vrac dans un bol avec de la crème chantilly. A droite, elle y a mis les formes, ce qui lui a pris à peine plus de temps. D’abord, le choix du récipient, un verre pour la transparence. Elle a pris soin de séparer les morceaux de fruits dans des bols pour les disposer ensuite en couches régulières. Et de dégainer l’arme ultime en matière de composition : la petite brochette de fruits entiers pour rappeler ceux qui croupissent dans le verre. Et pour que ce dernier se sente moins seul sur la table.

 

 

Stéphane Leblanc

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu