Avertir le modérateur

20/11/2008

La course en escarpins, c’est le pied

Vous les avez peut-être vues s’entraîner au bord d’une départementale, avalant le bitume en stiletto et jogging. Ce soir, une petite centaine de femmes vont s’affronter, en escarpins, dans une salle parisienne près de Bastille (11e). L’objectif : arriver la première d’une course en relais de 3 x 60 m, perchée sur des talons d’au moins 8 cm. Ce type de compétition avait déjà été organisé dans d’autres capitales européennes ou en Australie, mais jamais dans l’Hexagone. Et les Françaises ont répondu en masse à l’appel de sarenza.com, le site de vente en ligne de chaussures qui a mis sur pied l’événement.

 

Une centaine d’équipes se sont inscrites, des milliers de vote ont été enregistrés pour élire les 32 trios finalement sélectionnés. « On a eu plus de soixante-dix posts dans les blogs. Et mis à part un ou deux qui nous reprochaient de réduire la femme à une écervelée qui court pour gagner des chaussures [3 000 € de cadeaux seront offerts aux gagnantes], tous étaient enthousiastes, explique Cédric Gorras, de Blogbang, la régie publicitaire online de Publicis, qui s’occupe de médiatiser la course en talons. C’est un événement parfait pour le buzz, avec une bonne dose d’humour et d’autodérision. »

Avec cette opération, Sarenza, petite entreprise créée en 2005, a trouvé chaussure à son pied. « Nous voulions avant tout faire plaisir à nos clientes en leur proposant de jouer avec nous, commente Charlotte Dereux, directrice marketing du chausseur en ligne. Mais le fait qu’on parle autant de nous à travers cette course est une aubaine. »

La marque ne s’est pas plantée. D’autant que les concurrentes, elles, devraient multiplier les gadins. Et la chute en vidéo, sur le Net, c’est le buzz assuré. « On proposera aux blogueurs influents de diffuser les vidéos de la course sur leur site », ajoute Cédric Gorras.

Les blogs, un maillon essentiel pour monter un coup médiatique aujourd’hui. Sarenza s’est offert pour marraines d’honneur de la compétition trois blogueuses réputées. « C’est bien mieux pour nous qu’un people. Elles ressemblent à nos clientes, n’appartiennent pas au star-system et, en même temps, elles ont énormément d’influence », résume Charlotte Dereux. Ces pointures sont moins gourmandes aussi ? « Nous ne les avons pas payées pour qu’elles parrainent l’événement. Ce sont des amies. Elles ont embarqué avec nous parce que le jeu les intéressait. » Le talon ne paie pas toujours.

Laurent Bainier

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu